Le succès de la plume en déco

Emmanuelle Béduneau, plumassière, designer textile et aspirante-ornithologue, offre une nouvelle voie à un métier en voie de disparition. 

Par Agnès Zamboni. Photos : Analepse felt Design |

Emmanuelle Béduneau vient de déménager à Thuin, dans la chapelle d’une ancienne ferme d’abbaye, située à une heure de Bruxelles, pour se retrouver au plus près de la nature. Avec un jardin où elle peut accueillir ses amis les oiseaux, elle apprécie sa nouvelle vie au ralenti : « C’est une très belle région où il y a beaucoup de variétés d’oiseaux. Ici, je peux apercevoir des nids de faucon crécerelle, des hirondelles à mes fenêtres et, sur mon étang, observer un héron cendré ». 

Les plumes, elles, se ramassent au hasard des promenades, grâce au contact avec des particuliers qui élèvent des poules, des canards, des paons… Glanées et récoltées lors de cueillettes et des balades, choisies chez les éleveurs ou grossistes français ou belges, les plumes proviennent essentiellement de la mue naturelle, annuelle ou bisannuelle des oiseaux : « Je suis une glaneuse. Petite déjà, je ramassais des cailloux, des bouts de bois. J’ai toujours pensé qu’avec rien on peut tout faire. De mai à juillet et parfois en automne, les oiseaux revêtissent leur robe d’amoureux ou d’hiver et perdent une partie de leur plumage. Moi-même, j’élève des poules faisanes ». Et ses premiers souvenirs sont liés à la matière, l’odeur du ponçage d’un lit en bois.  Plus tard, la vision magique d’un manteau en plumes, dans un cours de modélisme, a marqué son esprit.

Une technique tout en délicatesse…  

… et un savoir-faire en extinction. Quelques marques de Haute Couture révèlent ses prouesses sur le catwalk, pour le show. Mais la recherche d’Emmanuelle Béduneau est tout autre. Loin de cet univers élitiste, elle cherche à faire entrer dans la sphère quotidienne, et grâce à des objets usuels de tous les jours, ses teintes lumineuses, ses formes gracieuses, légères et évanescentes : « La plumasserie, c’est l’art de révéler la plume à travers les mains de l’homme. La plume élégante, sophistiquée, offre un panel de textures, de couleurs et de motifs qui se prêtent parfaitement à l’ornementation dans les domaines de la mode et de la décoration ». 

Emmanuelle a appris la technique de la plumasserie avec l’artisan parisien Dominique Pillard et au sein des ateliers de la maison Lemarié. Ce savoir-faire ancien, qui permet traditionnellement d’orner les chapeaux, de personnaliser les costumes de scène et de music-hall,  présente trois techniques de base : le collage, la couture et le montage, qui s’apparente à celui des fleurs artificielles avec une structure en fil de fer. Les plumes (usagées) sont lavées, taillées, ébarbées, parfois teintes, et sculptées. Chaque plume, même toute petite, est observée, collée, cousue avec le plus grand soin. Les outils se limitent à une paire de ciseaux et des couteaux de plumassier. Les plumes peuvent se coller sur du papier, du bois, se fixer sur un vêtement à l’aide d’un point de nœud. 

Avant tout designer textile, Emmanuelle aime les intégrer à des tissages. Pendant le confinement, lorsque le temps s’était arrêté, elle a travaillé sur de nouvelles idées, les prémices d’une ligne pour le mariage, une paire de souliers et une robe sortis d’un conte de fées. Aujourd’hui, elle réfléchit sur un paravent, une pendule, des embrases de rideaux…   

Une volonté de partager

Dans son atelier de la rue Saint-Christophe en plein centre de Bruxelles, Emmanuelle Béduneau présente ses créations (sur rendez-vous), développe aussi des réalisations, des projets sur mesure et organise des ateliers de sensibilisation à l’oiseau et à la plumasserie. « Mes fournisseurs sont les oiseaux, c’est pour cela que je me forme actuellement à l’ornithologie. Comprendre et respecter l’oiseau, son mode vie ainsi que la sauvegarde de son milieu, est en corrélation directe avec la préservation d’un savoir-faire ancestral tel que la plumasserie ». 

 

Jusqu’au 15 novembre, exposition des paysages tissés de Twaska, designer textile, tous les mercredis, jeudis, samedis et dimanches de 13 h à 18 h.
analepsefeltdesign.com

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore.