Le week-end de la chanteuse Suzane

La chanteuse electro-pop sort son premier album, Toï Toï. Sa fin de semaine, entre la cérémonie des Victoires et des concerts, s'est passée en musique !

PAR SIGRID DESCAMPS. PHOTO D.R. |

S'éclater sur la scène des Victoires

Vendredi, c’est la soirée des Victoires de la Musique, où je concours dans la catégorie “Révélation Scène”. Rien que d’être nommée, je me sens déjà gagnante. Je suis tellement contente d’être là, de participer à cet événement prestigieux. Je monterai sur scène pour livrer une performance. Et je vais me donner à fond. Je suis morte de trouille, ce qui est bon signe : cela veut dire que j’ai très envie de le faire. Je vais transformer cette peur en énergie positive ! Par contre, même si je remporte le trophée – ce serait grandiose ! –, pas question de faire la fête jusqu’aux petites heures ensuite car j’ai des concerts samedi et dimanche, je dois absolument être en pleine forme.

Elle a remporté le titre de la Révélation Scène de l'année, revivez ce moment en vidéo : 

 

 

Live en Haute-Savoie

Le samedi soir, je joue à Annemasse. Il y a donc de la route à faire. Avant de partir, j’essaierai d’aller faire quelques courses. Pour mes emplettes, j’aime me rendre rue Montorgueil, j’y trouve des fromages, des fruits, des légumes... Je ferai peut-être aussi un peu de sport, en plus de la danse que je continue de pratiquer régulièrement, je m’adonne au crossfit. C’est une chouette discipline qui ne demande pas trop de temps, trois sessions d’une demi-heure par semaine suffisent. On sue bien, c’est très efficace (rires) ! Dans le train – j’utilise principalement ce mode de transport pour rejoindre les villes où je joue, j’essaie de limiter mon empreinte écologique au maximum –, je prendrai le temps de lire mes mails et d’y répondre, d’écrire, mais surtout, de bouquiner.

J’ai des auteurs favoris comme Boris Vian et Amélie Nothomb. Depuis peu, je découvre l’univers de Virginie Despentes. J’ai dévoré Vernon Subutex et là, je termine King Kong Théorie. Le soir, je serai donc en Haute- Savoie. Je n’aurai sans doute pas le temps de visiter la région. Par contre, comme après chaque concert, j’irai à la rencontre du public, je trouve important de le saluer, d’avoir son retour... Cela devrait me mener doucement au lit vers minuit et demi, une heure. Ce sera douche et dodo. Si je commence à sortir après chaque concert, je ne tiendrai pas longtemps (rires). J’espère par contre m’endormir assez vite. Lors d’un live, j’ai parfois de telles poussées d’adrénaline que le sommeil tarde ensuite à venir.

Musée à ciel ouvert

Dimanche soir, je joue à Lyon. Je ne pense pas que repasser par Paris où, d’ordinaire, quand je ne bosse pas, j’aime me balader. Soit j’emmène mon chien pour une longue promenade au bois de Boulogne, soit j’erre seule dans les rues de la ville, le nez en l’air. Je vis à Paris depuis cinq ans et j’aime m’y perdre, la redécouvrir, m’émerveiller. C’est un vrai musée à ciel ouvert. Je profite aussi régulièrement du dimanche pour aller déjeuner au Rez de Chaussée, dans le XXe, où j’ai travaillé comme serveuse durant trois ans. C’est un joli bistro parisien, qui baigne dans son jus, l’ambiance est conviviale, chaleureuse... Quand je n’ai pas de concerts prévus le week-end, j’aime bien faire un saut jusqu’à Avignon, où j’ai grandi. Même si j’adore Paris, je m’y sens parfois oppressée par le béton, j’ai besoin de verdure. Quand je reviens voir ma famille, je profite donc de l’occasion pour faire de longues randonnées de deux, trois heures. Ça me vide la tête et me ressource !

Suzane, Toï Toï (Pias). En concert le 4 mai aux Nuits Botanique.

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore.

Lire aussi :