Que doit-on attendre des soldes cet été?

Alors que les soldes démarrent ce mercredi 15 juillet en France, on se demande déjà comment vont s’en sortir les boutiques de mode en Belgique, où les soldes ne débuteront que le 1er août.

Ingrid Van Langhendonck, Photos DR |

Ambiance morose

Alors que les soldes démarrent déjà mercredi prochain en France, toute la profession tend l'oreille et s’apprête à observer ce qu’il va se produire. En effet, on est en droit de se demander comment vont s’en sortir les boutiques de mode en Belgique, où les soldes sont annoncées 15 jours plus tard, pour débuter le 1er août. Si tout le secteur de la mode affiche une baisse de chiffre de plus de 25% depuis le mois de février, une récession due sans aucun doute à cause de la crise du coronavirus, on pourrait s’attendre à ce que les soldes soient l’occasion de rattraper le temps perdu.

Il est vrai qu'une partie des consommateurs a pu mettre de l’argent de côté ces derniers mois, grâce aux économies réalisées sur les sorties, les restaurants, le shopping… De nombreux Belges ont ainsi conservé leur salaire et ont eu moins de dépenses durant le confinement, mais Il n’est pas du tout garanti que cela se traduira par des achats massifs en période de soldes. En effet, d’autres indicateurs permettent de douter d’une affluence record dans les boutiques début août. Certains indicateurs chiffrés sont plus mesurables que d'autres, mais en tout état de fait, il faut bien reconnaître que l’ambiance générale n’est pas à la dépense ni à la frivolité…

 

Bonnes affaires et restrictions

On apprend par exemple que, selon un sondage IFOP mené en France, 54 % des français envisagent de réduire drastiquement le budget consacré au shopping durant les soldes de cet été. A côté de ces prévisions, certains centres commerciaux et fédérations de commercants craignent pour leur part, que l’obligation du port du masque ne soit un élément dissuasif supplémentaire pour drainer les gens vers leurs espaces.
Bien sûr, certaines notes positives subsistent: le secteur de la vente en ligne se porte bien. De nombreuses boutiques digitales affichent d’excellents chiffres, mais néanmoins pas de quoi compenser la perte encaissée depuis février au niveau des magasins physiques. Aujourd’hui, la plupart des boutiques de mode se retrouve avec des stocks commandés très difficiles à écouler…
Une situation qui promet d’être tout bénéfice pour le consommateur à qui on offrira probablement des réductions record lors de ses achats cette année, mais qui risque d’enfoncer un peu plus encore le secteur de la vente et de l’habillement dans la crise.
La mode sera peut-être au final le secteur qui accusera les conséquences de la crise à bien plus long terme que d’autres secteurs…

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore. 

Lire aussi :