Six conseils pour enlever un maximum de pesticides de vos fruits et légumes

Un rapport récent de l'ONG Générations futures révélait que près de trois-quarts des fruits et 41% des légumes non bio portent des traces de pesticides quantifiables. Mais comment les éviter ? Voici quelques astuces.

Par Tiffany Sales. Photo : Reporters. |

Réaliser un bain de bicarbonate de soude

Selon une étude publiée dans le Journal of Agricultural and food chemistry et relayée par Quartz, faire tremper fruits et légumes dans du bicarbonate de soude (une cuillère à café de bicarbonate de soude pour 500 ml d'eau) pendant 15 minutes permettrait en effet d’enlever tous les résidus en surface de thiabendazole et de phosmet (il restait . A noter qu'au bout de deux minutes, le bicarbonate de sodium avait éliminé plus de pesticides que les deux autres méthodes testées par les chercheurs, à savoir le Clorox, un mélange d'eau et de javel, et l’eau du robinet.

Suivre la recette de grand-mère

Vous n’avez pas le temps d’attendre 15 minutes ? Ajoutez le jus d’un citron, 2 cuillères à soupe de vinaigre blanc à votre eau de rinçage pour un nettoyage optimal. 

Acheter bio

Pour limiter la charge toxique de notre assiette, le recours à des produits issus de l'agriculture biologique reste la meilleure option qui existe à l'heure actuelle. Les produits, y compris le vin, sont ainsi exempts de pesticides et produits de synthèse selon le cahier des charges à respecter pour obtenir ce label.

Acheter en vrac

Acheter des produits frais et de saison en vrac, si possible cultivés près de chez soi, présente l'avantage de limiter leur exposition aux emballages : conserves, plastiques, cartons qui sont eux aussi contaminés par les pesticides ou d'autres substances chimiques.

Eplucher les fruits et légumes

Plus radical, bien éplucher ses fruits et légumes pour s'assurer une protection supplémentaire quitte à se priver des fibres et des vitamines.

Utiliser des engrais naturels

Vous cultiver vous-même vos fruits et légumes ? Privilégiez l’usage d’engrais naturels comme le compost domestique ou les larves de coccinelles aux insecticides traditionnels.