Benoit Nihant et son amour inconditionnel pour le vélo

Benoit Nihant fait partie de la très petite élite d’artisan qui a su se faire un nom dans le paysage belge grâce à ses créations chocolatées. Si on le connait donc bien pour son savoir-faire et sa passion pour le chocolat, Benoit Nihant voue également une passion pour le vélo. Découverte de son amour de toujours. 

Par Anissa Hezzaz. Photos : D.R. |

Derrière le nom Benoit Nihant se cache un artisan et chocolatier liégeois qui à l’aube de ses trente ans à décider de tout plaquer pour réaliser un pari un peu fou : produire entièrement son propre chocolat, de la fève à la tablette sans passer par de grandes usines de chocolat, contrairement à une grande majorité d’autres chocolatiers. Depuis, il œuvre donc à la fabrication d’un chocolat d’exception et a su en quelques années se hisser au rang de chocolatiers les plus convoités du pays, et même au-delà de nos frontières puisque ses chocolats sont même vendus au Japon.  

Si on connait bien Benoit Nihant pour son chocolat de très haute qualité, on connait moins sa véritable passion à laquelle il consacre tout son temps libre : le vélo. « Depuis que je sais rouler, j’ai toujours pratiqué le vélo de manière assez intense, que ce soit le vélo de route ou le VTT d’ailleurs. Je fais minimum du vélo deux fois par semaine »

Comme pour beaucoup de Belges, le confinement a été l’occasion de remonter en selle et de redécouvrir les joies du cyclisme. Selon une étude réalisée par iVox, 4 Belges sur 10 affirment d’ailleurs pédaler plus souvent depuis le confinement et il suffit de se rendre dans les magasins spécialisés pour constater que les rayons vélo ont été dévalisés. Pour le chocolatier Benoit Nihant, le confinement lui a surtout permis de se consacrer à ce sport auquel il a toujours attaché de l’importance :  « ce n’est pas le seul sport que je pratique, puisque je fais aussi du tennis et du hockey, mais c’est vrai qu’avec le confinement, j’ai repris plus intensément le vélo qu’avant », nous raconte-t-il. Ce sportif dans l’âme n’a pas attendu le confinement pour pédaler, mais cela lui a en tout cas permis d’enfourcher plus facilement son vélo au quotidien : « Quand je peux prendre mon vélo maintenant je le fais, mais ce n’est pas toujours possible malheureusement. J’attends donc impatiemment que des Ravel me permettent de rejoindre mon atelier en toute sécurité sans devoir passer par des endroits de fortes affluences ». 

Une boucle de 147 kilomètres

En balade dans la région de Liège, il n’est pas rare de croiser Benoit Nihant sur son VTT. S’il reste un amateur, il n’hésite pas à monter dans les efforts. Son parcours fétiche ne fait pas moins de  147 kilomètres et « c’est probablement le plus beau parcours qu’il y a à faire dans la région », nous explique-t-il. C’est d’ailleurs l’un des trajets qu’emprunte la course de cycliste Liège-Bastogne-Liège. Le point de départ ? Embourg, au sud de Liège. «  Je prends la direction d’Houffalize, en passant par Louveigné, Aywaille, Harzé, Trois-Ponts, avant de remonter vers Stavelot et Francorchamps ».  Jusque-là la balade reste accessible à tous, mais une fois arrivée à Francorchamps, la difficulté s’accentue : « Ici, on commence à avoir les grosses montées ».D’abord, il faut passer la côte du Rosier, située au sud de Spa et puis la route de Maquisard, une cote de 3000 mètres au départ de Marteau. Un peu avant Aywaille, reste encore à gravir la montée de la Redoute, une montée de 2 kilomètres de long avec un dénivelé positif de 180 mètres. « Certains jours, les jambes ne le permettent pas, car elle demande énormément d’effort », avoue notre chocolatier. Enfin, il termine son parcours en empruntant une dernière montée aux alentours d’Esneux, la côte de la Roche aux Faucons, dont le point de vue vaut à lui seul le détour à en croire Benoit Nihant : « c’est en fait un lieu-dit qui permet d’avoir une vue sur toute la vallée de l’Ourthe. Quand il n’y a pas trop de feuilles sur les arbres, cela permet de voir des paysages incroyables. »

@Photo : Panorama depuis Le Roche aux Faucons

Sportif solitaire, il aime surtout faire ce parcours pour améliorer ses performances mais quand il part en balade avec son fils, il enchaîne les haltes et profite des jolis points de vue du parcours pour mettre le pied à terre. 

Benoît le reconnaît : « le vélo, c’est ma drogue à moi ! ». Pour rien au monde il ne lâcherait son vélo surtout depuis qu’il s’est lancé en tant qu’indépendant, une vie aussi épanouissante que stressante : « Cela me permet d’évacuer mon stress, mais aussi d’avoir l’esprit libre à la création. »  Car si le vélo prend une place importante dans sa vie, chérir la fève de cacao pour en faire un produit d’exception lui demande tout son temps. Deux passions qu’il concilie à merveille : quand il a fini de parcourir la cité Ardente sur son deux-roues, il retrouve vite son atelier installé sur les hauteurs de Liège

Infos pratiques :

Atelier et boutique Benoît Nihant, 6 rue de l’Estampage, 4340 Awans.
Pour en savoir plus, rendez-vous sur benoitnihant.be

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore. 

Lire aussi :