Comment adopter le Cottagecore chez soi ?

Avec ses 4,5 milliards d’entrées sur TikTok et plus d’un million sur Instagram rien qu’en 2020, l’esthétique Cottagecore balaie tout sur son passage. Décryptage de cette tendance déco pour adopter le style néocampagnard chez vous.

Par Marie Honnay. Photos Unsplash / D.R. sauf mentions contraires. |

Cottages perdus au milieu de la campagne anglaise, services en grès posé sur un napperon en dentelle, brassées de fleurs séchées jetées négligemment dans un panier en osier, buffets de grand-mère chinés aux puces… Véritable fixette des mordus de déco, de bricolage, de jardinage et de petits plats « faits maison », le Cottagecore - également appelé Farmcore - fleure bon le rétro, l’authentique et la tradition. Vibrant hommage à l’esprit Petite maison dans la prairie, le Cottagecore révolutionne ou, devrait-on dire, ringardise volontairement la déco d’intérieur.Tendance éphémère ? Réponse évidente à notre besoin de nature ? Ou, plus simplement, réaction sociétale à la crise que nous traversons ? Un peu de tout ça, probablement. Plutôt que de nous tourner vers un avenir dystopique plein d'incertitudes, nous aurions donc tendance à nous raccrocher au passé, aux objets qui nous rappellent nos dimanches à la campagne, chez nos grands-parents. 

Ces derniers mois, nous avons passé environ 80% de notre temps à l’intérieur. Le Cottagecore est donc une invitation à faire entrer cette nature - souvent sublimée à force d’être désirée - dans nos intérieurs citadins. Architecte d’intérieur et fondatrice du label Fra Ceramics, Anne-Sophie Ernest confirme : « Le Cottagecore s’apparente à un style enveloppant, rassurant et traditionnel, y compris en ce qui concerne les modes de fabrication des objets qui nous entourent. Depuis quelques années, les gens aspirent à un mode de vie plus simple et plus proche de la nature. J’ai presque envie de parler d’une philosophie de vie qui, indubitablement, influence nos envies déco. Dans le cadre d’un aménagement d’intérieur, mes clients n’utilisent pas l’expression Cottagecore pour exprimer leurs souhaits. Mais entre les lignes, je perçois clairement une envie de se sentir bien dans leur maison, de retrouver le plaisir des choses simples. » 

Le nouveau hygge

Si le hygge (l’esprit cosy à la sauce scandinave) s’est hissé parmi les tendances majeures de ces dernières années, le Cottagecore a d’abord séduit les millenials, une génération obsédée par l’idée d’une vie pastorale idéalisée à l’extrême. Amorcée au début des années 2010, cette sous-culture s’est matérialisée sur les réseaux sociaux il y a deux ans à peine, mais c’est au printemps dernier, en plein confinement, qu’elle a littéralement explosé. Rien de plus branché, désormais, que d’élever des poules, faire son pain soi-même ou prendre un bain dans une rivière. La preuve avec les millions de vidéos postées sur TikTok rien qu’en 2020. « Les objets imparfaits ont la côte parce qu’ils évoquent le fait-main », poursuit Anne-Sophie Ernest. « On note un réel engouement pour les objets en céramique, en vannerie ou en macramé ; des objets qui présentent de légères imperfections. Les irrégularités qu’on perçoit dans un bol ou une assiette en grès lui donnent un supplément d’âme. La production de masse ne séduit plus. Ce qui plaît désormais, c’est de s’entourer d’objets qui évoquent l’enfance, un dimanche au coin du feu, la main de l’artisan qui les a façonnés. »

Cette tendance néo-pastorale n’est pas, on l’aura compris, un copier-coller des maisons de campagne d’il y a quelques décennies. Le Cottagecore nouvelle génération puise ses fondements minimalistes dans un passé récent. La maîtresse du genre : Bea Mombaers, papesse belge du Cottagecore nouvelle-génération. Dans sa boutique de Knokke, mais aussi dans son récent ouvrage Items & Interiors, la décoratrice belge dresse les contours d’un style épuré, mais chaleureux où le béton, mais aussi la terre, le bois et les tissus naturels cohabitent joliment. Ni vraiment campagne, ni tout à fait citadin, le Cottagecore coïncide, comme le rappelle l’architecte d’intérieur bruxelloise Caroline Notte, avec un véritable retour aux sources.

« En tant que professionnelle de la déco, je vais souvent chercher de nouvelles inspirations dans l’intimité d’une maison de campagne isolée ou à la Ferme Marie Eugénie dans le sud de la Bourgogne ; un lieu qui incarne à lui seul toutes les valeurs propres au Cottagecore. C’est un endroit paisible où la beauté de la nature, la générosité de la cuisine et l’authenticité du mobilier rustique donnent le ton. J’aime aussi, dès que possible, préparer un repas dans une cuisine rudimentaire ou faire des balades avec mon chien dans la campagne. Cette reconnexion avec la nature m’inspire des aménagements brut et chaleureux où l’on célèbre la noblesse des matériaux et où la main de l’artisan prend le pas sur tout le reste. » 

Les 3 conseils Cottagecore d’Anne Sophie Ernest

1. Si, comme la plupart des tendances, celle-ci est née sur les réseaux sociaux, essayez de vous en détacher un maximum. Vous êtes en manque d’inspiration ? Piochez quelques idées sur Instagram, puis détournez-les pour recréer un décor rien qu’à vous.

2. Privilégiez le fait main : glissez quelques fleurs de saison fraichement cueillies dans un vase chiné, remplissez un plat en grès de fruits de saison cueillis par vos soins, servez un gâteau maison que vous disposez sur un plat en verre vintage. 

3. Le Cottagecore va de pair avec l’idée de slow life. N’essayez pas de transformer votre intérieur du jour au lendemain. L’impatience, c’était avant. Chiner, ça prend du temps. Trouver l’objet qui s’accorde avec votre intérieur aussi. La bonne nouvelle : créer ce style est donné à tout le monde. Il suffit d’ouvrir les yeux.

 

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore.