"Février sans supermarché" : six étapes pour s'inscrire dans une consommation durable et locale

Ce mois de février est marqué par l'action "février sans supermarché". Comment faire pour ne plus acheter en grande surface ? On vous livre six gestes à adopter pour adopter une démarche locavore et responsable.  

Par Audrey Morard. Credit photo : Pexels/Tembela Bohle |

Après le mois de janvier et son veganuary, place à février et son action "février sans supermarché". Le principe ? Ne plus se rendre dans des supermarchés pendant tout le mois de février. Un défi de taille pour certains, mais pas insurmontable. On vous livre les étapes à suivre pour réduire vos passages dans les grandes surfaces. Et adopter par la même occasion une démarche durable et écologique. 

On limite ses kilomètres

De plus en plus de personnes s'inscrivent dans une logique locavore. Être locavore, c'est consommer des produits issus de producteurs locaux et de saison. Bye bye les supermarchés donc. L'une des premières étapes consiste à réduire les kilomètres parcourus. À partir de combien de kilomètres, ne sommes-nous plus dans une logique locavore ? Selon les principes fondateurs du mouvement né aux États-Unis en 2005, il ne faut pas dépasser les 200 kilomètres depuis son domicile. Le but étant de réduire la distance entre la fourche et la fourchette.

On s'inscrit dans des réseaux locavores

Pour consommer local et s'éloigner des supermarchés, le mieux reste de se fournir auprès des producteurs près de chez nous (mais pas au-delà de 200 kilomètres comme vu plus haut). Vous pouvez ainsi échanger avec lui sur la manière dont il cultive ses produits. La confiance et le lien social s'installent entre consommateur et producteur, des instants qui font du bien en cette période compliquée. D'autres solutions existent pour s'inscrire dans une démarche locavore grâce à des initiatives comme La Ruche qui dit oui ! Depuis chez vous, vous commandez en ligne les produits de votre choix avant de les récupérer dans l'une des "ruches" de votre quartier. Vous êtes sûrs de consommer des produits frais, sains, fermiers, mais surtout locaux. On peut aussi citer eFarmz, une plateforme digitale avec des produits bio et locaux. 

On se reconnecte aux saisons 

Les produits de supermarché ne sont pas forcément de saison. Retrouver des tomates ou des fraises en plein de mois de janvier ou février est pour le moins déroutant... S'inscrire dans une démarche locavore, c'est aussi consommer en fonction de ce que la nature nous offre en été comme en hiver. Même s'il y a des périodes de l'année creuses avec moins de fruits et légumes, il est important de respecter le rythme des saisons. Ce geste est précieux pour notre planète. Ce sont dans ces moments clé de l'année où il faut se rapprocher des producteurs locaux pour apporter du goût et de la fraîcheur dans nos assiettes.

 

 

On aménage son espace de culture 

Si vous avez la chance d'habiter dans une maison qui peut accueillir un petit potager, n'hésitez pas à vous lancer. Se mettre au jardinage est une excellente solution pour entamer ou poursuivre une démarche locavore. Avoir ses propres fruits, légumes et plantes pour relever vos plats, c'est une bonne idée non ? Prenez le temps de choisir les produits que vous souhaitez voir sortir de votre jardin, renseignez-vous auprès de professionnels avant de vous lancer. Si vous n'avez pas de maison, vous pouvez toujours vous constituer un petit espace de jardinage sur votre balcon avec des plants de tomates cerises ou de fraises. 

On se rend dans des magasins seconde main 

La démarche locavore ne s'arrête pas seulement à l'alimentation. Elle s'applique également aux vêtements, aux accessoires... Ne plus aller dans les supermarchés implique de ne plus se rendre dans de grandes enseignes de marques de vetements adeptes de la fast fashion. On privilégie des magasins secondes main ou des petites boutiques indépendantes où les vêtements vendus ont été confectionnés en respectant l'environnement et les conditions de travail des ouvriers. Les bonnes adresses ne manquent pas en Belgique. Certaines personnes ne consomment plus qu'en seconde main à l'instar de l'influenceuse Juliet Bonhomme.

 

On s'efforce de s'interroger 

Que ce soit pour l'alimentation ou les vêtements, il est important de s'interroger sur chacun de nos achats. Parmi les questions que vous devez garder en tête : "Le produit est-il fabriqué en Belgique ou dans un pays où le bilan carbone n'est pas élevé ? Dans quelles conditions ? Quelle cohérence ? Quels produits ont été ajoutés ? Se questionner, c'est déjà avancer dans sa démarche locavore et se détacher des supermarchés et des grandes enseignes. Acceptez aussi que le changement prend du temps. Ne presque plus se rendre dans des supermarchés demande des mois, mais une fois installées dans notre quotidien, il est difficile de se défaire de ses nouvelles bonnes habitudes. 

 

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore.