Comment lutter contre le gaspillage vestimentaire ?

Les chiffres ont parlé : la Belgique est un très mauvais élève en matière de consommation de vêtements selon l’étude commanditée par Ecover. Six Belges sur dix ne sont pas conscients de l’impact environnemental de leurs achats vestimentaires et la Belgique jette chaque année près de 300.000 millions de vêtements. Voici quelques astuces que vous pourrez réaliser facilement pour réduire votre consommation parfois un peu trop excessive . 

Par Jennifer Buisset. Photos : Alyssa Strohmann, Sharon McCutcheon , Prince Abid, Onur Bahçıvancılaron Unsplash |

Acheter moins mais de manière plus réfléchie

Privilégiez la quantité à la qualité, essayez de vous renseigner sur la provenance de vos futurs achats, achetez seulement quand le besoin est vraiment nécessaire ( plus facile à dire qu'à faire ...) et si possible dans des petites boutiques où normalement la traçabilité est plus explicite même si elles se sont faites de plus en plus envahir par les grandes surfaces.

Optez pour des textiles et tissus de qualité plus durable. Stéphanie Calvino fondatrice d’Anti-Fashion, la plate-forme d'expression, dont l’objectif est de mettre en lumière toutes les dynamiques, initiatives, idées, acteurs qui participent au renouveau de la mode et au-delà d'une économie plus responsable, explique que la surconsommation de vêtements est due aux fabricants mais aussi aux consommateurs. Les producteurs produisent en masse certes mais ils répondent à la demande des consommateurs qui veulent toujours du neuf. Sa mission serait de faire comprendre aux gens qu’il faudrait  arrêter d’acheter trois tee-shirts à 4 euros et plutôt choisir pour le même prix une pièce de qualité. Se vêtir avec des pièces qui ne suivent pas la tendance, réduire son dressing à l’essentiel, cesser de croire que la surconsommation nous permettrait d’atteindre le bonheur. 

 

 

Rendez-vous dans des magasins de seconde main 

Le marché de la seconde main est en expansion depuis quelques années. Il prouve que le consommateur est prêt à s’engager contre la surconsommation de vêtements. Le vintage s’est d’ailleurs bien positionné dans ce nouveau marché. Ce mot anglais, signifie à l’origine “grand cru, millésime” et est utilisé pour qualifier tout ce qui est rétro. Le vintage attire puisqu’il suscite une envie de rareté qu’on ne retrouve plus dans ce monde qui s’uniformise. Aujourd'hui de nombreux créateurs s'inspirent, réactualisent ou encore rééditent leurs modèles phares. 
 

 

L’uplcycling 

En avez-vous déjà entendu parler ?  C’est une autre manière de se réapproprier des vêtements déjà utilisés. L’idée est de transformer des matériaux récupérés en un produit de qualité supérieure. On recycle donc « par le haut ». Jean Paul Gaultier et Viktor & Rolf en ont d’ailleurs déjà fait l’expérience lors de la semaine de la haute couture en janvier dernier à Paris. 

Jean-Paul Gaultier pour ses 50 ans a déclaré :  "Je pense que la mode doit changer. Il y a trop de vêtements, et trop de vêtements qui ne servent à rien. Ne les jetez-pas, recyclez-les ! Ce soir, vous voyez ma première collection haute couture upcycling (...) j'ai utilisé mes archives comme de la matière. Ce que j'ai fait à mes débuts sans moyens, je le fais aujourd'hui avec mon patrimoine pour donner vie à des créations nouvelles". Le duo Viktor & Rolf a quant à lui, épuisé son stock d’archives de tissus les plus luxueux de tissus remontant  à 20 voire 25 ans en mettant en évidence lors du défilé le principe du design conscient : faire plus avec moins.

 

 

 

 

 

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernieres tendances en matiere de mode, beaute, food et bien plus encore.

Lire aussi :