Festival belge de la coupe mulet : comment expliquer le retour en force de cette coupe ?

De moqueries à revendications, la coupe mulet fait son grand retour. En atteste le championnat d'Europe de la coupe mulet qui vient de se dérouler à Quiévrain, en Belgique. Zoom sur une tendance que l'on pensait oubliée. 

Par la rédaction. Photos : Photonews. |

Si le concours de l'Eurovision était dans toutes les têtes ce week-end, un autre concours était organisé en toute discrétion chez nous en Belgique. A Quiévrain, ce samedi 11 mai se déroulait la 5ème édition du Festival de la coupe mulet. Au total, 1500 personnes arborait fèrement leur chevelure longue à l'arrière et courte sur le devant, rappellant une époque que beaucoup pensait révolue. Tempes dégagées et nuque longue, cheveux courts devants et longs derrière, frange, droite ou rideaux : cette coupe qui ne faisait pourtant pas l’unanimité durant des années, autant chez les hommes que chez les femmes, a connu son premier essor dans les années 80. 

En vidéo, notre décryptage d'une autre tendance qui revient en force :

A l'époque, on retient par exemple David Bowie et son mulet légendaire pour son album « Ziggy Stardust », qui a participé à populariser cette coupe décalée. Même chose avec Rod Stewart ou encore Paul McCartney. Aujourd'hui, en 2024, force est de constater que le mulet redevient tendance. Lors de ce concours, organisé en alternance en France et en Belgique, on retrouvait différentes catégories : le mulet enfant, le mulet court, le senior, le mulet en famille, le mulet en couple, le mulet d’entreprise en col blanc et la queue-de-rat. Et pour aller un cran plus loin encore dans la "beaufitude", un Ch'mulet, autrement dit une chenille en se tenant par le mulet, était également au programme. Celle-ci a réuni plus de 240 personnes. Pourquoi un revival soudain de cette coupe tant décriée ? 

Le retour de la coupe mulet

En realité, ce retour n'a rien de très surprenant. Si la première hype autour du mulet remonte aux années 80, cette coupe n'a jamais réellement disparu. Autrefois réservé aux loosers attachants, le mulet a longtemps été le symbole d'une virilité populaire. Dans les années 80, les footballeurs revendiquent cette coupe, au point que le mulet devient une institution. Tout le monde désire avoir le même mulet que son joueur préféré. En 2000 la tecktonik arrive et les coupes mulets reviennent. Plus récemment, le mulet est devenu le symbole androgyne par excellence et au-delà de son côté non-binaire, il est aussi aujourd'hui devenu fashion. Fini l'époque où on le qualifiait de laid et démodé, le mulet passionne à nouveau les foules, comme en témoigne les défis qui déferlent sur la toile autour de cette coupe.

Le "one-minute mullet" par exemple sur TikTok avait connu un succès retentissant, incitant les internautes à se couper les cheveux eux-mêmes en se faisant une queue de cheval sur la tête avant de procéder au coup de ciseaux fatal. Aujourd'hui, le mulet semble surtout être remis à la mode de façon ironique et nostalgique. On avoue la laideur du mulet, néanmoins, on l'affiche fièrement, clamant alors une certaine émancipation de la société. Ce retour de la coupe mulet veut dire beaucoup finalement. Plus qu'une coupe de cheveux, c'est presque désormais un mode de vie et un mode de penser à part entière. On comprend dès lors pourquoi la jeune génération très éveillée politiquement parlant y succombe. 

Désormais, on assiste au retour du mulet dans la mode, dans le cinéma, et dans la musique. Les stars arborent fièrement leur mulet affirmant ainsi leur différence comme : Zendaya, Billie Eilish ou encore Lil Nas X. Alors forcément, tout le monde veut succomber à la tendance. 

Ne manquez plus aucune actualité lifestyle sur sosoir.lesoir.be et abonnez-vous dès maintenant à nos newsletters thématiques en cliquant ici.