La Grande marée, le restaurant de plage à un jet de pierre de chez nous

Techniquement, La Grande Marée est en France. Mais si, lors d’une partie de beach-volley, vous tapez un peu fort sur la balle, elle atterrira à La Panne. Saut de puce au-dessus de la frontière pour découvrir un restaurant de plage qui nous a émerveillés.

TEXTE ET PHOTOS : FLORENCE HAINAUT ET CARLO DE PASCALE. |

Zuydcoote, une station balnéaire populaire, accessible et familiale. C’est ici que Thomas Hidden, le chef, passait ses étés petit. Après quinze ans dans le conseil informatique, l’appel de la crevette grise et du travail qui fait sens était trop fort, il a donc repris des études de cuisine, qu’il a peaufinées chez Nicolas Pourcheresse, chef doublement étoilé, amoureux de la permaculture. Puis, avec sa sœur Jade, Thomas a ouvert La Grande Marée. L’endroit existe depuis des décennies, a changé de propriétaire, de nom, de concept. En reprenant ses rênes et son nom d’antan, le tandem a voulu renouer avec le bar de plage de son enfance. Jusque dans les années 80, le lieu faisait vivre le village. L’été, en accueillant les vacanciers, mais aussi l’hiver : café, petite restauration, salle polyvalente. Il n’y a pas grand-chose à Zuydcoote et c’est ici que les locaux faisaient communauté. Et c’est exactement ce que Thomas et Jade comptent recréer.

Cet été, Carlo et moi avons posé notre sac à La Panne puis, on a filé à La Grande Marée pour profiter de l’après-midi, le nez au soleil et les cheveux au vent. La carte des bières a quelque chose de très rassurant pour qui grimace devant les habituelles pils françaises : Brasserie Dupont, de la Senne, des Flandres, Thiriez ou Brussels Beer Project. On prend une Bise de la Brasserie Jenlain, légère et fraîche. Sur la terrasse, qui surplombe la plage, des amis, des familles, des vacanciers d’un jour, des enfants qui glettent de la glace, des couples qui partagent des pâtisseries avec des chiens qui essaient de choper les miettes.

A la carte

Le soir, l’endroit change complètement et le bar de plage est un vrai restaurant, rénové avec goût (Jade est décoratrice dans le cinéma et aussi une incroyable pâtissière, on le découvrira en fin de repas). Nous avons réservé une table en terrasse, le coucher de soleil est sublime, on chante chabadabada en prenant plein de photos. À la carte, que des trucs qui nous font envie. La tartine de smout aux crevettes grises (10 €) illustre, je pense, assez bien ce que le chef a derrière la tête : le pain vient de la boulangerie bio Delbecque, référence du Dunkerquois. Le smout (saindoux) de la boucherie-charcuterie Chez Edgar, juste à côté, et les crevettes sont nées et ont été décortiquées à Dunkerque. Et c’est absolument fabuleux, peut-être notre assiette favorite, surtout avec un verre de Juste Le Blanc, un assemblage Colombard/ Sauvignon de la Cave du Marmandais, un vin nature accessible dans tous les sens du terme (19,50 € la bouteille).

On continue avec les œufs mimosa à l’encre de seiche (4,50 €), un bon classique de brasserie version locale et un ceviche de maquereau (18 €), betterave et vinaigrette légèrement pimentée. Les croquettes de crevettes (15 €) sont dodues comme tout, mais depuis que Carlo est juré pour la meilleure croquette de crevettes de Bruxelles, il est un peu tatillon et les préfère plus bisquées. Je ne sais pas trop ce qui nous a pris de commander les frites et leurs sauces (mayo fumée et sauce maroilles, 4€), parce qu’un grand plateau familial arrive. Et quel délice ! Des patates locales, coupées à la main, avec la peau. Des frites, oui, mais comme ça alors ! Et si jamais on en manquait, il en arrive encore un peu avec les moules (15 €), dont je boirai le jus à même le plat.

Où avons-nous trouvé la place pour un dessert ? Mystère. Mais le financier au sarrasin, gelée de pommes et crème citron (6 €) de Jade était parfait.

Verdict 

Tout était parfait. Le lieu et la cuisine sont sincères, justes. L’endroit est époustouflant et les prix relativement serrés, peut-être trop se dit l’ex-chef d’entreprise qu’est Carlo. On a plutôt envie qu’il s’en sorte à long terme, Thomas, parce que sa Grande Marée est une vraie pépite. S’il faut désormais voyager local, alors on a trouvé notre port d’attache.

147 rue de valenciennes, 59123 Zuydcoote, T. 0033 3 28 28 30 11. lagrandemaree.com

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore. 

Lire aussi :