Réseaux sociaux : 1 fille sur 3 a honte de son apparence

Elle est loin l'époque où l'on osait apparaître sur les photos au naturel, sans retouches. Aujourd'hui, on n'hésite plus à ajouter un filtre pour embellir nos photos, une application suffit pour gommer la moindre petite imperfection. Et si ces artifices avaient un impact direct sur l'estime de soi ?

Par Wini SASA. Crédit Photo : Pexel/Polina Tankilevitch |

Les réseaux sociaux rassemblent chaque année des milliards de personnes sur les différentes plateformes. Parmi elles, les jeunes sont la grande majorité. Si les réseaux sociaux peuvent être un bon moyen de distraction, on sait aussi qu'ils peuvent être dangereux et avoir des conséquences non négligeables sur l'estime de soi. Sur Instagram, par exemple, toutes les images sont filtrées. Du paysage verdoyant aux photos personnelles. Visage parfait, pommettes saillantes, lèvres dessinées, nez fin, les filtres de beauté sont systématiquement utilisés pour se montrer sous son meilleur jour. Les influenceuses sont encore trop nombreuses à ne pas pouvoir s'en passer, il suffit d'ouvrir une de leur story pour se rendre compte de la supercherie.

En juin 2020, Sasha Pallari, une maquilleuse britannique, lançait le #filterdrop pour encourager les utilisateurs d'Instagram à laisser tomber les filtres. Effectivement, ceux-ci ne représentent pas la réalité, mais surtout, provoquent des complexes chez beaucoup de personnes.

Une baisse de l'estime de soi

En 2004, la marque Dove mettait en place son projet pour l'estime de soi afin d'aider les jeunes ayant une faible confiance en eux. Dove souhaite les armer contre les idéaux de beauté irréalistes d’aujourd’hui. Dans cette démarche, une enquête a récemment été menée auprès des Belges sur les conséquences des réseaux sociaux sur l’estime de soi des jeunes âgés de 10 à 15 ans. Les résultats qui en ressortent sont alarmants : la première fois que les filles utilisent un filtre pour modifier leur apparence sur les réseaux est à l'âge de 10, 4 ans. Parmi elles, seule 1 sur 5 publie une photo non-retouchée d'elle-même sur les réseaux sociaux. L'equête montre également que le nombre de filles qui se soucient de leur apparence double entre le primaire et le secondaire et qu'entre 13 et 15 ans, 1 fille sur 3 a honte de son apparence.

Des résultats pas si étonnants que cela quand la société et le monde dans lesquels nous vivons nous imposent des idéaux de beauté et influencent la perception que l'on se fait de soi-même. Des stéréotypes irréalistes sont perpétués par les réseaux sociaux : des photos filtrées et retouchées envahissent nos fils d’actualité. Comment ne pas se laisser piéger par ces photos filtrées et retouchées qui défilent chaque jour sous notre nez ? Et comment ne pas être tenté quand les applications de retouchent photos incitent ces jeunes à en user et parfois en abuser. Bien que ces applications soient amusantes à utiliser et permettent aux jeunes de faire des expériences avec leur identité, ils peuvent également faire des dégâts.