Trois restos italiens fidèles à leurs racines

Pas besoin de prendre l’avion pour se sentir en Italie. Focus cette semaine sur trois adresses qui puisent leur inspiration dans les racines familiales et régionales. Ou comment se lécher les babines tout en apprenant la géographie de la Botte !

Par Sigrid Descamps. Photos: Luc Viatour, Lucie Van Damme, Osteria Bolognese. |

Miranda Cucina Italiana et la Basilicate

La Basilicate ou Lucanie, c’est cette petite région du Sud sise juste au-dessus des Pouilles. C’est de là que viennent Alessandra et Maria Concetta Miranda, le frère (aux fourneaux) et la sœur (en salle) à la tête de Miranda Cucina Italiana. C’est aussi la région où vivent toujours leurs parents, qui leur font livrer en direct des compotes et liqueurs maison, et surtout les poivrons séchés au soleil, que le chef intègre dans diverses recettes, de l’entrée au dessert. Et ce n’est qu’un ingrédient « de là-bas » parmi d’autres que le chef accommode dans ses assiettes qui revisitent les classiques de la Basilicate.

On vient ici pour découvrir des plats rarement proposés ailleurs, avec ci et là, des mariages de saveurs qui peuvent parfois surprendre. Et pourtant, on ne peut que vous conseiller de goûter l’aubergine au chocolat, les orecchiette à la crème et moules et espuma de pecorino, les ravioli au caciocavallo, réglisse et cardamome ou encore, pour terminer le repas, la glace à la mangue sur crème d’amandes et poivrons séchés ou le millefeuille au café, framboises… et thym !

Miranda Cucina Italiana, 38 rue du Page, 1050 Bruxelles.

Les peperoni cruschi, spécialité de la maison que l'on retrouve dans de nombreuses préparations.

 

CiPiaCe et les Pouilles

Ci Piace en italien, se traduit par « On aime » en V.F. Et c’est vrai qu’on aime cette adresse qui rend hommage aux Pouilles, d’où est originaire la cheffe Giorgia Giordano, avec des plats comme le polpo tiedo con guanciale, polenta e crema di pisellini primavera (du poulpe grillé à la joue de porc, polenta et crème de petits pois), le battuta di manzo con crema di canestrato pugliese e porri saltati (Tartare de bœuf avec crème au anestrato des Pouilles et sauté de poireaux)  ou encore les spaghettoni con acciughe, burrata, limone e mollica di pane fritto (Spaghettoni aux anchois,burrata, pain frit et citron)…

Autre particularité de cette adresse ? C’est aussi un bar à cocktails qui revisite les classiques et invente ses propres recettes. On vient donc ici soit pour prendre un verre, de préférence avec une belle assiette de fromages et charcuteries, soit pour déguster des spécialités pugliese. Le concept a si bien fait ses preuves à Bruxelles, qu’il se décline désormais aussi à Anvers. Histoire que les deux côtés du plat pays en profitent.

CiPiaCe, 49A parvis de Saint-Gilles, 1060 Bruxelles. 37 Zirkstratt, 2000 Anvers.

Il polpo tiedo... une tuerie!

Osteria Bolognese et l'Emilie-Romagne

« Ils ont les meilleures Tagliatelle al ragù bolognese o ai porcini de Belgique, du monde… » Ce cri du cœur, c’est celui de notre rédactrice en chef, véritablement accro à cette adresse, qui fait la part belle aux spécialités d’Emilie-Romagne. Le chef, Giacomo Toschi, Bolognais pure souche, fait venir ses produits en direct de sa terre natale. 

La rédaction n’est pas la seule à succomber devant ses assiettes généreuses où l’on hésite entre les garganelli alla romagnola, la lasagne ai funghi porcini ou la cotoletta alla bolognese. Et si on a encore de la place après ça, on peut fondre pour différentes variations autour du mascaporne ou un plus classique tiramisù. Service vivant comme là-bas en prime.

Osteria Bolognese, 49 rue de la Paix, 1050 Ixelles.

Le meilleur ragù du monde (dixit les gourmands de la rédaction!)

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore.

Lire aussi: