Vendredi 13, chat noir... D'où viennent les superstitions les plus populaires ?

Croyez-vous aux superstitions ? Ouvrir un parapluie à l’intérieur porterait malheur, placer un pain à l’envers sur la table attirerait le diable… Que vous soyez superstitieux ou pas, ce sont tout de même des petits gestes que vous évitez au quotidien. « Au cas où ». Mais d’où viennent les superstitions les plus répandues dans le monde ? On vous explique tout !

par nour chennoufi. crédits photos: unsplash/yannick menard |

Le vendredi 13

Le vendredi 13 est-il vraiment synonyme de malédiction ? Difficile de lui attribuer une seule et unique origine. Ce jour est composé en effet de deux symboles : le vendredi et le nombre 13 donc. Pour l’histoire, la malédiction du vendredi possède une origine biblique, et plus précisément celle du dîner de la Cène où Jésus partage son repas avec ses treize disciples. Au cours de cet événement, Judas, le treizième apôtre, trahit le Christ. Ce dernier est crucifié le lendemain, un Vendredi Saint précisément. Dès lors, ce jour s’est vu teinté de malédiction. C’est aussi pour cette raison qu’être 13 à table porterait malheur. Pour d'autres, le nombre 13 est le symbole du chaos. Dans la mythologie gréco-romaine, le nombre 12 était celui de la perfection : 12 heures de jour, 12 heures de nuit, 12 dieux de l’Olympe, 12 signes du zodiaque…Vous vous doutez bien que le nombre qui suit n’allait que perturber ce parfait équilibre. Associez-le au vendredi : sa réputation sera terrible ! 

Le chat noir

Voilà une superstition qui a le don d’irriter les amoureux des animaux ! Voir un chat noir a longtemps été associé à un mauvais présage. Pourquoi donc ? Figurez-vous que cette superstition est présente dans maintes cultures et possède donc plusieurs origines. À commencer par la légende du « chat vampire de Nabeshima » au Japon. La légende raconte qu’O Toyo, une jeune fille promise au prince de l’Empire, était épiée par un chat noir lors de son sommeil. Un jour, à son réveil, il lui sauta dessus pour finalement la tuer et prendre son apparence physique. Assez obscure, non ? La superstition demeure ainsi dans la culture nipponne depuis des siècles. Par ailleurs, une autre origine remonte au Moyen-Âge. Les chats noirs étaient représentés comme les animaux de compagnie des sorcières. La couleur de leur pelage rappelait celle du diable et du malheur. Raison pour laquelle nombreux félins furent exterminés à cette époque. 

Briser un miroir

Dans l’Antiquité, les Romains étaient convaincus que les miroirs reflétaient notre âme. Selon ce peuple historique, un miroir brisé équivaudrait à une âme abimée. Gare à celui qui en briserait un, ce geste maladroit lui vaudrait sept années de malheur ! Pourquoi sept ? Ce chiffre symboliserait les cycles d’évolution d’un humain. Si on compte bien, de 1 à 7 ans, on est enfant, de 7 à 14 ans, on devient adolescent, etc. Une autre explication veut que les démons se réfugient dans les miroirs. En briser un reviendrait à les libérer et à hanter le propriétaire de l’objet.

Le trèfle à quatre feuilles

Contrairement aux anecdotes précédentes, trouver un trèfle à quatre feuilles est signe de chance ! Combien de temps avez-vous passé dans votre jardin où lors d’une balade, à chercher cette petite plante glorieuse ? L’origine de cette superstition nous vient de loin, de la Bible encore une fois. D’une part, le livre sacré raconte qu’Ève prit un trèfle du jardin d’Éden après avoir été chassée. Cette plante lui rappellerait la merveilleuse vie qu’elle aurait perdue à tout jamais. D’autre part, le trèfle à quatre feuilles, ou shamrock en anglais, fait partie intégrante du folklore irlandais. D’ailleurs, il existe une tradition qui associe chaque feuille du trèfle à une vertu : la renommée, la richesse, l’amour et la santé. Quelle chance de les rencontrer une fois dans sa vie ! Figurez-vous qu’on compte une chance sur 10 000 de trouver cette plante ! Incroyable, non ? 

Passer sous une échelle

Certains diront que cette superstition relève de la simple prudence. C'est plutôt logique. Lorsqu’on passe sous une échelle, on court le risque de recevoir des seaux ou autres objets de chantier sur la tête. Pour le coup (sans mauvais jeu de mots), il vaut mieux éviter de le faire. Cependant, une explication existe bel et bien. Si vous y prêtez attention, une échelle posée sur le sol et appuyée contre le mur constitue un triangle. Depuis des siècles, cette forme géométrique a souvent été associée à une forme sacrée, plus précisément celle de la Sainte Trinité. Passer sous une échelle reviendrait donc à commettre un sacrilège, la personne aurait en effet bouleversé l'équilibre parfait de la Trinité. Malheur !

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Hello Friday the 13th. . #fridaythe13th #fridayvibes #superstition #13 #vintage #retro #underladder

Une publication partagée par Shelley (@shelleyomatic) le

 

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore.