Comment rester convivial en cette période de coronavirus ?

Vous vous êtes peut-être fait rappeler à l’ordre quand vous avez voulu claquer la bise à votre collègue, ou à votre ami ? Car en cette période de coronavirus, à chacun ses stratégies pour tenter d’échapper à l’épidémie. Alors pour rester polie, petit tour d’horizon des manières de se saluer dans le monde sans prendre de risque. 

Par Anissa Hezzaz. Photo by Ashkan Forouzani on Unsplash. |

Les autorités sanitaires ne cessent de nous le répéter : pour éviter de propager le virus, la seule chose à faire à notre stade est d’éviter le moindre contact physique avec des personnes à risque. Le souci, c’est qu’en prenant les transports en commun, et en fréquentant les lieux publics, difficile de savoir qui est sujet à risque ou non. Alors on prend toutes ses précautions et on évite de serrer les mains, de faire la bise ou de faire des câlins à ses proches, et on adopte d’autres manières plus originales de se saluer pour éviter de se prendre des vents.

Le footshake

 

 

Oubliez le serrage de main, ici, vous n’aurez besoin que de vos pieds pour vous dire bonjour. Également baptisé le « Wuhan shake », du nom de la ville de Chine où a démarré l’épidémie, cette méthode consiste à  s’échanger quelques tapes avec le pied pour se saluer. En revanche, il faudra faire preuve de dextérité et d’équilibre pour éviter de se retrouver par terre. Sur internet, une vidéo montrant comment adopter le footshake est devenue virale : on y voit trois hommes dont deux portant un masque, qui, mains dans les poches, se saluent en se tapant les pieds. 

Le Namasté

 

 

Pour ne prendre aucun risque, on reste à une certaine distance de son interlocuteur et on s’inspire de nos amis indiens qui pour se saluer s’inclinent un peu vers l’avant tout en joignant leurs paumes de mains ensemble. En effet, se toucher n’est pas quelque chose qui se fait en Inde et le namasté est signe de respect et de politesse. Autant dire qu'ici, cela devrait aussi bien passer. 

Le Ebola handshake

 

 

Si on nous rappelle depuis plusieurs jours d’éternuer dans nos coudes pour éviter la propagation du virus, une autre manière de se saluer semble toutefois remporter l’unanimité auprès des internautes : le Ebola handshake, soit le coup de coude pour se saluer. Une méthode qui avait déjà été proposée à l’époque de l’épidémie d’Ebola. 

Tirer la langue

Une autre coutume, venue du Tibet cette fois, consiste à se dire bonjour en se tirant la langue. La légende raconte qu’autrefois, il était possible de jeter des sortilèges qui coloraient la langue. En la tirant, c’était une manière de prouver qu’elle était bel et bien propre. Vous pouvez donc toujours vous en inspirer, mais ne soyez pas étonné si certaines personnes ne comprennent pas votre geste. 

Le High Five ou Fist bump

 

 

Ce geste amical tout droit venu des États-Unis et adopté par Barack Obama, est un indétrônable. Il consiste à simplement se taper main dans la main ou, dans le cas du fist bump, de taper poing contre poing. En réalité, c'est ce qu'on appelle plus communément chez nous le fameux "check". En temps de coronavirus, on évitera le contact physique, mais rien ne nous empêche de continuer à le faire, même de loin ! En Iran, le fist bump éloigné fait d’ailleurs partie des gestes du quotidien pour se saluer. 

Le Gong shou 

Vous l’avez sans doute déjà vu dans plusieurs films sans même vous apercevoir qu’il s’agissait bel et bien d’une manière de se saluer. Le gong shou consiste à placer sa paume de main contre son poing fermé. Un geste que l’on voit par exemple dans le film Gong Shou Dao, un court-métrage de kung-fu de 2017 et qui est désormais adopté aussi à Pékin en ce moment. 

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore.

Lire aussi :