Courir ou marcher : voici les applis qui vous aideront à vous y tenir

Elles s'appellent WeWard ou No Big Deal. Chacune à sa manière, ces applications mobiles vous incitent à marcher et à faire du sport. La contrepartie ? Des bons plans et des réductions sur de nombreux sites en ligne et auprès de marques, mais aussi des dons en faveur d’associations

PAR GEORGES XOURAS. PHOTOS UNSPLASH, D.R. |

10 000 pas par jour : c’est un peu le Graal ultime pour les marcheurs et coureurs au quotidien, qu’ils utilisent le podomètre de leur téléphone ou une montre connectée. De son côté, l’Organisation Mondiale de la Santé recommande de consacrer 150 à 300 minutes par semaine à une activité d’endurance d’intensité modérée. Faire une activité physique, peu importe laquelle, contribue ainsi à la santé - physique et mentale - des gens. Dans le contexte actuel et avec nos modes de vie de plus en plus sédentaires, bouger et faire de l’exercice n’est pourtant pas toujours en haut de la liste de nos priorités.

La vidéo du jour :

 

Répondre au besoin d'inactivité

Aujourd’hui, tout peut se faire en ligne. On commande, on se fait tout livrer et on travaille devant un écran, que ce soit au bureau ou à la maison. Beaucoup de technologies actuelles sont conçues pour nous simplifier la vie. Mais cela pose un problème d’inactivité, voilà pourquoi nous avons voulu stimuler les gens, explique Yves Benchimol, CEO et cofondateur de l’application WeWard, qui revendique 3 millions d’utilisateurs, dont 300 000 Belges. Comment ? On a voulu stimuler les gens à bouger et la marche est venue naturellement. Un moyen écologique et économique. Le principe est simple, vous marchez et vous obtenez des points à échanger, des “Wards”, selon votre performance du jour et les petits défis et différents niveaux.

Même principe général avec No Big Deal, une application mobile plus proche de nous car d’abord lancée au Luxembourg avant d’arriver en Belgique il y a moins d’un an. Nous proposons de relever des défis bien-être, mais nos challenges sont bien plus accessibles que d’autres applications, précise ainsi Quentin Delforge, co-fondateur de No Big Deal, qui compte 35 000 utilisateurs, dont 90 % de Belges.

Des bons plans et des réductions

Et ces fameuses récompenses ? Les deux applications proposent bons plans et réductions auprès de grandes enseignes ou de plus petites marques. Et c’est ce qui attire les utilisateurs. Cela me plaît d’être récompensé pour faire des choses que je fais de toute façon, décrit Arnaud, un Liégeois de 25 ans. Je ne marche pas forcément plus qu’avant, mais cela m’a permis d’avoir des remises dans des commerces, des petits restaurants ; pour moi, c’est un plus au quotidien. Car là aussi est la force de ces applications : pouvoir mettre en avant des enseignes, locales comme internationales.

Tout bénéfice pour celles-ci. Nous avons une audience active et une image de marque positive. C’est plutôt nous qui choisissons nos partenaires, sur des critères éthiques, des acteurs au niveau du sport et du bien-être, reprend Yves Benchimol. Du côté de No Big Deal, c’est aussi du constat que les marques avaient du mal à fidéliser le public qu’est venue l’idée de créer l’application. La publicité est tellement importante de nos jours qu’elle n’a plus d’impact. C’est un nouveau canal donné aux entreprises pour interagir avec leurs consommateurs de manière positive, ajoute Quentin Delforge.

Des dons à des associations caritatives

Un canal qui sert aussi à mettre en avant des associations. Les utilisateurs n’ont pas forcément besoin de faire un virement pour soutenir une cause, ce sont leurs pieds qui s’en chargent. J’aime l’idée de pouvoir aider en marchant, confirme Lisa, une Anversoise de 25 ans, utilisatrice de No Big Deal. J’ai permis de planter un arbre et de contribuer au nettoyage des rivières suite aux récentes inondations par exemple, juste en marchant près de chez moi. Les soutiens aux associations constituent aussi un incitant pour de nombreux utilisateurs. Les dons marchent très bien sur WeWard. Plusieurs centaines d’utilisateurs ont soutenu Think Pink en Belgique, précise Yves Benchimol. C’est d’ailleurs comme cela que Cécile, 42 ans, a découvert l’application. La page Facebook de Think Pink Belgique annonçait qu’elle était partenaire de WeWard et que l’on pouvait marcher pour faire des dons. J’ai quand même un podomètre sur mon téléphone et c’était une manière de joindre l’utile à l’agréable. Un peu moins active depuis le confinement, Cécile a été encouragée via cette application à bouger plus, à au moins effectuer un minimum de pas pour obtenir quelques points. Ces applications récompenses touchent leurs utilisateurs, qu’ils soient grands marcheurs, coureurs ou pas, d’une manière ou d’une autre, en les incitant à faire plus d’exercices. Peu importe si c’est pour bénéficier de réductions sur un site d’une grande marque sportive, d’un petit commerçant local ou pour faire un don à l’une des associations soutenues. L’important après tout, c’est de continuer à bouger !

weward.fr, disponible sur IOS et Android. no-big-deal.be, disponible sur IOS et Android.

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore.