Le Kakeibo, la méthode pour faire de réelles économies

Gérer son argent n’est pas toujours une mince affaire. Nous avons trouvé la solution pour les paniers percés. Il s’agit de la méthode Kakeibo. Elle aide à y voir plus clair dans ses finances.

PAR MARGAU GONZALEZ. CRÉDIT PHOTO : PEXELS/LIZA SUMMER |

La méthode Kakeibo ne date pas d’hier. Elle a été inventée en 1904 par Hani Motoko, une journaliste japonaise. La jeune femme l’a alors expliqué dans son livre Kakeibo : The Japanese Art of Budgeting & Saving Money. Depuis quelques années seulement, la technique se popularise en Europe. Le but est simple : tenir ses comptes quotidiennement dans un carnet.

 

Le Kakeibo, qu’est-ce que c’est ?

Kakeibo est un terme japonais pouvant se traduire littéralement par "le livre des finances des ménages". Plus qu’un simple carnet de comptes, la méthode vise à réfléchir à notre façon de dépenser. On y note donc les sorties d’argent, mais aussi les entrées d'argent afin d’avoir une vision d’ensemble. Le fait d’écrire et non de remplir un tableur, permet de prendre davantage conscience de nos dépenses. Ainsi, si on a trop dépensé un mois, le mois d’après, il faudra réguler.

 

Comment fonctionne le Kakeibo ?

La première chose à faire dans son Kakeibo, est d’inscrire ses revenus. Il faut aussi noter les dépenses fixes telles que le loyer, l’eau, l’électricité, le forfait internet, téléphone… On vient donc soustraire ces dépenses au salaire, puis déterminer un objectif d’épargne. Le Kakeibo se divise ensuite en quatre catégories :

  • Les dépenses vitales : les courses, les médicaments…
  • Les dépenses facultatives : les vêtements, les restaurants…
  • Les dépenses culturelles : les musées, le cinéma…
  • Les dépenses imprévues : une réparation de voiture, le changement de machine à laver…

Paradoxalement, les carnets de Kakeibo s’achètent. Cependant, vous pouvez toujours le créer à la maison, un peu comme un bullet journal.

© DMEPP

 

Le Kakeibo en pratique

Pour chaque catégorie, vous pouvez vous fixer un budget mensuel. Ce n’est pas obligatoire, mais cela permet d’avoir une vision encore plus précise. Ensuite, le but est de compléter le tableau à chaque achat. Le mieux est de le remplir tous les jours pour ne rien oublier. Ainsi, à force de faire des dépenses, les prochains achats seront plus réfléchis : est-ce que j’en ai vraiment besoin ? Est-ce que cela rentre dans mon budget ? Enfin, à la fin du mois, le but est d’analyser toutes les dépenses afin de déterminer si on a atteint l’objectif fixé.

Le Kakeibo ne vise pas à se serrer la ceinture, mais plutôt à ouvrir les yeux sur les dépenses. Vous pouvez ainsi voir dans quelle catégorie vous déboursez le plus et si vous le souhaitez, corriger le tir. Cette méthode aide sur le long terme afin de savoir s’il est possible de réaliser le projet que vous vous êtes fixé, et quand. Au début, le Kakeibo peut être stressant seulement au fil des mois, il se révélera être d’une grande aide.

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore.