Mazda CX-5… Le même en mieux

Ceci est le tout nouveau SUV Mazda. Si sa base technique est globalement la même que celle de l’ancien CX-5, tout ou presque est bien mieux qu'avant !
par Laurent Zilli |

Pour ce nouveau CX-5, Mazda la joue un peu à la VW, comme par exemple quand une nouvelle Golf apparaît davantage comme une grosse évolution de la précédente que comme une nouveauté à 100%. Même sur le plan esthétique, l'approche est un peu allemande, avec des modifications réelles, mais qui ne crèvent pas forcément les yeux. Pourtant le nouveau CX-5 a réellement changé d'apparence.

Regard plus acéré, profil et poupe plus dynamiques, il dégage plus de confiance en lui et est plus en harmonie avec une âme plutôt sportive. Et nous ajouterons que même si le CX-5 n'est pas un véhicule "coup de foudre", il fera comme la plupart des Mazda : il vous séduira sur la durée. Et vous verrez que son design compte parmi ceux ayant le plus de personnalité. On ne peut pas encore en dire autant de l'habitacle.

Dans une Mazda, c'est toujours très académique, une place pour chaque chose, chaque chose à sa place. Mais ça manque de créativité et surtout d'une ambiance qui donne envie d'y revenir. Ici, la planche de bord profite d'un peu plus "d'intentions", mais le design intérieur reste une petite faiblesse de la marque. A part ça, la qualité est plus que satisfaisante, l'équipement est dans la bonne moyenne du segment – cette nouvelle génération gagne par exemple un Cruise Control à fonction Stop&Go, des sièges arrière chauffants et un hayon motorisé – et tant l'habitabilité arrière que le volume du coffre en font une excellente familiale pour longs voyages.

Encore plus de confiance

Les ingénieurs n'ont donc rien changé de significatif aux moteurs ou aux boîtes, mais ont rigidifié plateforme et coque (au prix de 40 petits kilos de plus, à contre-courant de la tendance actuelle), et retouché direction, trains roulants et freins pour rendre le « toucher de route » plus sympa. Enfin, le CX-5 reçoit à son tour le G-Vectoring, un système d'optimisation des trajectoires propre à Mazda, qui n'agit pas sur l'ESP mais directement sur le couple du moteur (pour faire simple). Et sur la route, le CX-5 est donc encore plus prodigieux (non, ce n'est pas exagéré) qu'il l'était.

D'abord parce que la maîtrise du bruit et des vibrations – autre point énormément travaillé sur cette nouvelle génération – rend le véhicule très agréable et confortable en conduite usuelle. Mais surtout parce que tout ce qui est cité plus haut porte ses fruits. Quand se présente une route sinueuse et très exigeante, que le conducteur se met un couteau entre les dents, le CX-5 répond à la perfection.

Au volant, on ressent un niveau de confiance que peu de voitures offrent, favorisé par une tenue de route de très haut niveau et une capacité au-dessus de la moyenne à maintenir les trajectoires. La rigueur est donc absolue, et il ne manque qu'une chose : paradoxalement, c'est tellement facile de conduire le CX-5 de façon très sportive qu'il manque un petit peu de "folie" dans les sensations. Best-seller en Europe et dans le monde, le CX-5 pourra donc peut-être prendre en importance chez nous grâce à son look plus expressif et à des qualités dynamiques connaissant peu de concurrence dans le segment.

Les plus

• Comportement de très haut niveau
• Silence, confort de marche
• Confiance totale au volant
• Look plus moderne

Les moins

• Ambiance à bord trop ordinaire
• Choix des pneus de série ?

Le CX-5 Skyactiv-D 150 AWD en bref

• Moteur : 4 cylindres turbo diesel, 2.191cm3 ; 150ch - 380Nm
• Transmission : aux 4 roues
• Boîte : manuelle 6 rapports
• L/l/h (mm) : 4.550/2.115/1.675
• Poids à vide (kg) : 1.520
• Volume du coffre (l) : 477 – 1.620
• Réservoir (l) : 58
• 0 à 100 km/h (sec.) : 9,6
• Vitesse maxi (km/h) : 199
• Conso mixte (l/100 km) : 5,4
• CO2 (g/100 km) : 142
• Prix (€) : 30.890