Cinq conseils pour diminuer sa consommation de plastique

Depuis quelques années, en Flandre, mai est désigné comme le mois sans plastique. L’objectif est de sensibiliser la population sur l’impact de celui-ci sur l’environnement et sur notre santé. Thomas de Groote, fondateur de River Cleanup, nous livre cinq conseils pour diminuer sa consommation de plastique.

PAR MARGAU GONZALEZ. CRÉDIT PHOTO : PEXELS/LUCIENWANDA |

L’histoire commence en 2017. Thomas de Groote est alors défié par sa sœur de ramasser tous les jours pendant 10 minutes, les déchets se trouvant sur son passage. C’est alors que ce dernier se rend compte de l’ampleur du problème. Thomas a alors créé River Cleanup, une organisation belge qui débarrasse les rivières, les fleuves et leurs rives des déchets. Après une première action en 2018, 40 000 personnes d’Europe et d’Asie ont répondu présentes en 2019.

 

Pourquoi réduire sa consommation de plastique ?

Cette question peut paraître naïve seulement elle est importante pour comprendre l’ampleur du problème. Thomas de Groote, fondateur de River Cleanup, explique que "8 milliards de kilos de plastique sont déversés dans les océans chaque année, car en moyenne, une personne en jette un kilo par an". Les bouteilles, les sacs plastiques présents dans les eaux se transforment ensuite en micro-plastiques et ces derniers attirent les éléments toxiques comme des aimants. Ensuite, les planctons et les poissons les mangent. Indirectement, nous en ingurgitons aussi. "Chaque semaine, nous consommons 5 g de micro-plastiques, l’équivalent d’une carte bleue. Par an, cela revient à 250 g, soit le contenu d’une assiette. Dans une vie, nous mangeons donc deux poubelles de tri de plastique", alerte Thomas de Groote. Cependant, il affirme : "le plastique n’est pas notre ennemi. Il est très utile par exemple dans le milieu médical. Mais lorsqu’il est à usage unique, il n’a aucun intérêt".

 

La vidéo du jour :

 

1er conseil : réduire sa consommation de poisson

Thomas de Groote a encore plus ouvert les yeux sur la situation après avoir regardé le documentaire Seaspiracy sur Netflix. Ce film met en lumière les conséquences dramatiques de la pêche sur notre planète. "J’ai appris que 50 % du plastique que l’on trouve vient de la pêche et notamment des filets et autres équipements perdus". Ainsi, comme on a pu le voir précédemment, les poissons mangent ce plastique après qu’il se soit dissout. On en consomme donc indirectement lorsqu’on déguste du saumon ou encore un filet de cabillaud.

 

2e conseil : tirer un trait sur les bouteilles en plastique

550 millions de bouteilles en plastique abandonnées ou jetées volontairement se retrouvent dans les océans chaque jour. Face à ce chiffre, Thomas conseille de privilégier les gourdes. Privilégiez celles en verre, en inox ou en acier inoxydable. Leur durée de vie s’étend sur des années, elles ne se déforment pas et gardent le liquide ou chaud ou au froid. Elles existent dans toutes les tailles et peuvent donc facilement se glisser dans un sac.

 

3e conseil : acheter sans emballage

"Au supermarché, dirigez-vous vers des produits qui ne contiennent pas d’emballage en plastique", indique Thomas. De cette façon, vous évitez le plastique à usage unique. Pour aller plus loin, vous pouvez aussi tirer un trait sur les emballages en carton, qui certes, se recyclent, mais finissent tout de même par devenir des déchets. "Il y a beaucoup de magasins de vrac qui ouvrent leurs portes. Et avec les confinements, les gens se sont tournés vers les marchés. C’est une bonne chose", se réjouit le fondateur de River Cleanup.

 

4e conseil : arrêter les sacs en plastique

À l’instar des bouteilles, les sacs en plastique sont considérés comme les déchets les plus polluants. Alors lorsque vous faites les courses, au lieu de prendre un sachet pour deux courgettes, mettez-les directement dans votre chariot en veillant à ce qu’elles ne s’abîment pas. Et si vous êtes équipé, Thomas conseille d’utiliser des emballages réutilisables en kraft, des petits sacs en tissus ou encore des tote-bags.

 

5e conseil : réutiliser ses emballages

Enfin, si toutefois vous avez des emballages à la maison, réutilisez-les. Thomas explique : "pour mes produits ménagers, je réutilise des bouteilles". Une fois votre flacon vide, ne le jetez pas, mais servez-vous en comme contenant pour vos produits d’entretien maison. Idem pour les bocaux en verre. Au lieu de les recycler, vous pouvez vous en servir pour acheter en vrac ou pour ranger toutes sortes de choses. Avec un peu d’ingéniosité, il est facile de détourner l’utilisation première d’un objet.

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore.