Comment survivre à une gueule de bois ?

Parce qu’il y a moyen de ne pas (trop) souffrir des effets du lendemain de veille, voici nos conseils pour limiter les dégâts en cas de soirée bien arrosée.

Par Florence Frans. Photos D.R. / Pexels |

Vous aviez juré qu’on ne vous y reprendrait plus, mais voilà, les démons de la fête et l’enchaînement "punch à la vodka, champagne, vins, digestif" n’ont pas le même effet que celui de "squats et développés couché" de la salle de sport. Résultat ? Mal de tête, boyaux en compote et tonus de mollusque.

Sachez que vous n’êtes pas forcément obligé de subir cet état et qu’il y a moyen d’atténuer les séquelles douloureuses du lendemain de veille. Voici comment :

1. Boire beaucoup (d’eau)

Comme l’alcool déshydrate fortement le corps, tout comme le café d’ailleurs, l’important est de boire autant d’eau que d’alcool durant votre soirée (nuit) afin de diminuer les effets de gueule de bois le lendemain. Si vous n’avez pas envie de boire de l’eau, misez tout sur le jus de tomate ou les bouillons salés qui vous permettront de rétablir votre équilibre en sels minéraux, et évitez à tout prix les jus d’orange et autres boissons acides qui ne feront que de prolonger votre état.

2. Ne pas manger trop acide, gras, trop sucré

Quand vous ingérez une grande quantité d’alcool, votre foie est mis à rude contribution et carbure pour digérer et éliminer celle-ci. D’où le fait de ne pas le surcharger en lui imposant de faire passer les restes de la raclette de la veille, une grosse bolo ou une frite mayo (par ce qu’on a la flemme de se faire à manger). Privilégiez les biscottes, les yaourts maigres, les salades de laitue, concombre, tomate et le riz blanc. Enfin, si vous avez faim. Aussi, votre corps rentre en acidose, c’est-à-dire qu’il ne sait plus gérer correctement l’équilibre acide-base de votre organisme, ce qui aura tendance à vous rendre encore plus malade, ou complètement patraque.

3. Dormez

On espère pour vous que vous aviez prévu le coup et que vous êtes en congé pour supporter les conséquences de cette soirée endiablée, parce qu’il va falloir vous reposer ! En effet, après avoir pris ce qu’il fallait pour calmer votre mal de tête et stopper le processus inflammatoire de celui-ci et de votre corps (l’acidose provoque l’inflammation des tissus) fuyez autant que possible le bruit et la lumière et fermez les yeux autant que vous le pouvez. L’énergie déployée par votre système digestif pour vous emmener au-dessus de la vague est telle qu’un peu de repos ne vous fera évidemment pas de mal.

Comment prévenir la gueule de bois ?

  • En évitant les alcools colorés tels que les boissons alcoolisées (type apéritif, bourré de sucre et de colorants qui masquent le goût de l’alcool) et les rhums ambrés ou autres whiskys. Sachez aussi que les sodas et les bulles ajoutées aux alcools accélèrent l’effet de l’ivresse ! Choisissez donc plutôt une vodka fruitée, ou un gintonic pour l’apéro.
  • En mangeant des aliments gras avant et pendant que vous buvez, afin de tapisser les muqueuses des intestins et de l’estomac afin qu’elles soient protégées contre les agressions.
  • Alternez verres d’alcool et boissons non alcoolisées. Vous verrez, vous supporterez bien mieux la soirée, et le réveil du lendemain.
  • Tenez vous-en, si possible, à un seul type d’alcool. Oui, c’est vrai, ce n’est pas évident, mais alors buvez lentement et tenez-vous-en à trois alcools différents.
  • Fuyez comme la peste l’aspirine qui irrite l’estomac et les « remèdes » contre la gueule de bois vendus en pharmacie, car ils contiennent souvent de la caféine qui n’est pas appropriée contre celle-ci.

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore.
Lire aussi :