Depop, l'application de shopping pour faire fortune

A l’heure où Instagram et Vinted accaparent tout le temps libre de nos ados, une autre application du genre est venue s’imposer dans le game, et elle a tout pour les séduire. On vous explique. 

Par Anissa Hezzaz. Photos : D.R. / @depop. |

Depop, un nom qui ne vous dit probablement rien, mais qui chez les adolescents résonne comme une évidence, car il s’agit probablement de l’une des applications les plus plébiscitées du moment. Et pour cause, cette application britannique à tout pour plaire : un joli feed, des photos bien léchées, une ergonomie bien pensée et surtout, des pièces bradées ! Car, Depop, n’est pas seulement un énième réseau social, il s’agit avant tout d’une application permettant de revendre des vêtements de seconde main. Un peu à la manière de Vinted, mais avec des comptes travaillés, la possibilité de liker, commenter et de follower…d’ailleurs à s’y méprendre, on aurait presque l’impression de surfer sur Instagram, le réseau social qui cartonne auprès des millenials.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Sleeves that throw shade.⁠ Tap to shop from bestwestvintage on Depop.

Une publication partagée par Depop (@depop) le

"Pre-loved"

La différence, c’est que cette nouvelle appli (pas si nouvelle que ça d’ailleurs, puisqu’elle existe depuis 2011, mais elle a pris son envol un peu après à Londres et arrive seulement chez nous ) permet de vendre et d’acheter tout ce que l’on retrouve sur la plateforme. Les utilisateurs alimentent leur feed, et créent du même coup une sorte de boutique en ligne en vendant les vêtements dont ils veulent se débarrasser à leurs abonnés.

Rien de bien nouveau en soit, sauf que là où Depop a réussi à se différencier, c’est dans sa manière d’aborder le seconde main : on n’a plus l’impression de dépoussiérer les placards à la recherche de pièces encore portables ; grâce à l’interface travaillée de l’appli, on s’abonne aux jolis comptes qui nous inspirent et on finit par acheter !  Sur l’appli, on ne parle d’ailleurs pas de vêtements de « seconde main », ou « vintage », mais de « pre-loved ». Une manière de rendre le seconde main plus sexy. Bref, elle a tout pour répondre aux codes de la nouvelle génération. Et ce n’est pas hasard si elle rencontre un grand succès auprès des moins de 26 ans. 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

We're obsessed with somewherevintage on Depop!

Une publication partagée par Depop (@depop) le

Les influenceurs de demain ?

Parmi les utilisateurs de Depop, certains sont devenus de véritables influenceurs de la plateforme, à tel point qu’ils en ont fait leur business : l’une des plus célèbres, Bella McFaddden, recense déjà plus de 500.000 abonnés, et enchaîne les ventes chaque semaine. Elle fait partie de ceux qui ont arrêté la fac pour se consacrer uniquement à leur hobby : vendre et acheter des vêtements. Un boulot bien plus attractif que les jobs d’étudiants auxquels les anciennes générations ont été habituées et surtout, qui rémunère beaucoup mieux puisque certains y font fortune.  

Alors, à quoi bon aller vendre des burgers chez McDo quand on peut gagner de l’argent sans bouger de chez soi ? C’est probablement ce que se disent nos ados ! 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

We are obsessed with unshade on Depop!

Une publication partagée par Depop (@depop) le

Depop, disponible sur iOS et Android. 

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore.

Lire aussi :