Ces modes de cours de récré qui nous rendent nostalgiques

Les 2000, passez votre chemin, vous ne pourriez pas comprendre. Les autres, faites un petit tour dans votre grenier ou à la prochaine brocante de quartier, il est possible que vous retombiez sur quelques beaux souvenirs…

PAR LUANA FONTANA. PHOTO: BELGA IMAGE. |

Les POGs

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Who remembers these? 🤔 #flippos #weetjenog #nostalgie #nostalgischeplaatjes

Une publication partagée par Nostalgie (@nostalgischeplaatjes) le

Les POGs, abréviation de « Passionfruit Orange Guava », une boisson hawaïenne, étaient des petites rondelles en carton qui l’on recevait dans le bouchon de la bouteille. En 1993, la World POG Federation commence à vendre des POGs en cartons et en plastique. La marque Lays (à l’époque Smiths) sent venir le succès de ces petits objets et lance à son tour les Flippos, disponibles dans des paquets de chips. Ils étaient principalement à l’effigie des Looney Toons.

Le jeu : Cela se jouait à minimum deux. Il fallait empiler deux pogs ou deux flippos l’un sur l’autre, face contre terre, et les taper chacun à son tour avec un « zappeur » (une rondelle de plastique plus épaisse) . Celui qui les faisait se retourner, remportait la mise.

 

Les gogo’s

D’origine espagnole, ces petites figurines de 3-4 cm sont inspirées des jeux d’osselets joués par les enfants dans la Grèce antique. Connaissant un franc succès dans les années 90, dans les cours d’école, les gogos avaient de drôles de petits visages. Tantôt colorés, tantôt transparents ou même métallisés, les gogos originaux sont devenus assez rares et les Gogo’s Crazy Bones leur ont succédé et peuvent s’acheter en ligne ou dans certains magasins encore actuellement.

Le jeu : A nouveau, minimum deux joueurs. Chacun plaçait un gogo à une certaine distance. Le jeu consistait à, chacun son tour, lancer un gogo sur celui de son adversaire pour essayer de le faire tomber. Si c’était le cas, c’était gagné !

 

Les feuilles Diddl

Diddl, cette souris adorable dont l’univers n’était qu’amour et bonheur, est née en 1990. D’abord sous forme de cartes postales, ensuite, se déclinant sous toutes les formes : cahiers, gommes, crayons, cartables, peluches, mais surtout… blocs de feuilles ! Ce sont ces fameuses feuilles qui ont fait un tabac dans les cours de récréation. Tous les enfants, garçons et filles, avaient leur petite farde de collection et s’échangeaient leurs feuilles. Une collection qui a dû rendre dingues certains parents car tous ces petits objets, aussi mignons soit ils, n’étaient pas donnés !

 

Les cartes Pokémon

Evidemment, on était obligés d’en parler ! Comment traverser les années 90 sans être confronté à un moment ou à un autre à ces petits personnages fantastiques aux pouvoirs impressionnants. Et au grand Sacha et son fidèle Pika Pikachuuuuu  ! Les « decks » de cartes se vendaient par 60 et s’échangeaient durant la pause de midi ou même en classe (oups). C’est l’une des modes qui a fait le plus de come-back tellement son succès était important.

Le jeu : De l’utilisation au plateau de jeu ou au simple lancer de cartes pour voir celles qui tombaient côté face, les cartes Pokémon avaient mille façons de se jouer. Et il n’est pas rare que certains improvisaient sur le moment…

 

 

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore.

Lire aussi :