Le Fly Away vu par… Sharko

De retour sur la plage du festival, David Bartholomé est l’un des seuls artistes à se produire sur l’événement chaque année. Interview sous le soleil…

Par Sigrid Descamps. Photo : A2PIX : EC-FB |

Vous êtes devenu une figure incontournable du festival, qu’est-ce qui vous a convaincu d’y participer dès le début ?

"J’ai été touché par l’initiative, qui sortait du lot, c’est un projet un peu fou avec une vision, qui n’est pas mû par des motivations marketing. Les organisateurs l’ont voulu dans ce cadre, dans cette formule et ils l’ont fait. J’ai trouvé ça remarquable et j’ai suivi. Je me demandais par contre qui allait jouer le jeu, si les festivaliers seraient au rendez-vous… et on a eu la réponse très vite, c’était complet dès la première édition, et les gens reviennent ensuite."

Les vacances au Club Med, c’est dans vos habitudes ?

"Pas du tout. C’était une découverte pour moi. J’ai une vision biaisée du club avec ses animations, le luxe, du sport et des G.O. Ici, c’est différent. En vacances, j’aime bien m’isoler. Je ne déconnecte pas vraiment quand je viens ici, je reste dans une lignée professionnelle, tout en étant proche des festivaliers. Je pourrais venir sur ce genre d’événement en tant que vacancier, mais avec une bande de potes alors. On voit d’ailleurs beaucoup de gens venir ici en bande…"

Le Fly Away a été l‘occasion d’aller à la rencontre d’un autre public…

"Oui. Durant l’année, quand je joue, je vois des gens qui viennent d’un peu tous les horizons, de tous âges, tous univers. Ici, c’est un public de quadragénaires, actifs professionnellement, assez aisé. Il y a des gens que j’ai vu pour la première fois au Fly Away que je recroise par la suite lors de concerts en salles en Belgique ; Ce matin encore, au petit-déjeuner, j’ai discuté avec un festivalier qui m’expliquait qu’il n’était pas un fan de musique et qu’il avait eu un peu peur en venant au festival de se farcir des soirées avec, pour reprendre ses mots, « de la musique boum boum » (rires). Il a donc été agréablement surpris. En quatre jours, il a découvert d’autres étoffes, d’autres sensibilités. C’est l’un des points forts du festival."

On croise aussi pas mal de festivaliers qui viennent ici car ils sont fans de musique…

"Oui. Et ouverts à la découverte car quand ils s’inscrivent, l’affiche n’est pas encore révélée…"

Vous-même, vous profitez du festival pour découvrir d’autres artistes ?

"Oui, je vais tous les voir !"

Voici un aperçu de ce qu'il nous a offert durant ce festival : 

Lire aussi :