Que faites-vous ce week-end Claire Laffut ?

C’est dans un cocktail organisé par la Maison Chanel, dont elle est égérie, que l’on a croisé la jeune artiste belge. Aujourd’hui basée à Paris, Claire s’offre un ciné et cuisine un peu de belgitude... Mais ça, c’est seulement si elle ne s’envole pas à Ibiza sur un coup de tête !

PAR INGRID VAN LANGHENDONCK. PHOTO D.R. |

Paris ou Ibiza ? 

Il est possible que je m’envole pour Ibiza dès jeudi avec des amis: c’est la fin de la saison, les Closing Parties se succèdent et c’est un moment particulier à Ibiza... Il se peut donc qu’on me trouve en train de danser au Circoloco et dans les bars de la ville jusqu’au bout du week-end. Mais si ce n’est pas le cas, mes week-ends sont tous assez différents les uns des autres. Souvent j’ai cours de chant, de danse. Là, je prépare mon concert au Botanique (le 4 novembre), donc on répète beaucoup et je passe mes journées en studio. Alors, le soir, j’aime retrouver des copines et on sort, à Paris.

Notre point de rendez-vous ? Ave Maria, dans le 11e arrondissement, un chouette resto qui propose de la cuisine du monde et des cocktails à tomber. On y mange entre filles, puis on se laisse porter, sans jamais savoir où la nuit va nous mener (rires).

Vinyle et peintures

Mon vinyle sort également en novembre, alors dès que j’ai du temps le week-end, je peins, je dessine des projets pour sa cover ; je passe beaucoup de temps dans mes cahiers de dessins, parce que je veux que cela soit un bel objet... Je n’ai plus le temps de peindre à Paris, cela me manque. Un jour je voudrais revenir à Bruxelles, avec un bel espace, pouvoir aménager un atelier et traîner le dimanche dans les musées ou au marché aux puces de la Place du Jeu de Balle.

Waterzooi et vol-au-vent

Parfois le week-end, on loue ces trottinettes qui sont en location libre depuis peu, et on part faire des tours dans la ville entre amis. C’est vraiment différent de sillonner la ville sur ces engins. Sinon, souvent, avec mon amie Charlotte Abramow (photographe et réalisatrice belge ndlr), on se retrouve et on cuisine ensemble, on se fait des plats typiquement belges. Après avoir totalement foiré le vol-au-vent la fois passée (rires), nous allons attaquer le waterzooi, et tenter de le faire goûter à notre entourage. C’est un peu de belgitude, comme on est toutes les deux exilées à Paris, on bosse énormément, donc on cherche à créer des recettes qui ont du sens pour nous.

Guacamole et légendes du blues

C’est un peu mélancolique le dimanche, comme beaucoup de gens c’est un peu le spleen, alors on va bruncher. J’aime l’ambiance du Comptoir Général, dans le quartier du Canal Saint-Martin. Mais le soir, quand je suis chez moi, je suis une larve (elle rit), je commande à manger et je fais des miettes de tortillas au guacamole sur ma couette de lit en regardant Netflix. Je compte bien ne pas manquer le documentaire sur Quincy Jones qui vient de sortir, je suis impatiente de le voir ! Parfois aussi, j’aime aller au cinéma : mon prochain film sera le documentaire sur la carrière de Whitney Houston...

Lire aussi :