Ces aliments qui sont tout sauf écofriendly

Oubliez l’avocado-toast, les woks inondés de sauce soja, et les petits-déjeuners au lait d’amande, car contrairement à ce que l’on pourrait penser, ces aliments sont tout sauf bons pour la planète.

Par Anissa Hezzaz. Photos : Pexels / Foodiesfeed. |

Vous mettez un point d’honneur à réduire vos déchets, faire vos courses en vrac et acheter plus éthique ? Pour aller au bout des choses, il faudrait aussi repenser à ce qui se trouve dans votre assiette. Certains le font évidemment déjà : entre végétariens, flexitarien et vegans, le nombre de personnes en transition alimentaire ne cesse d’augmenter, et si de prime abord, réduire sa consommation de viande ou du poisson, permet de préserver l’environnement et le bien-être animal, la vague vegan a également amené d’autres effets pervers insoupçonnés. Comme le rapporte MaxiSciences, certains aliments, que l’on pensait ecofriendly de par leur bonne réputation, n’y seraient en réalité absolument pas. Voici ceux qui sont concernés :

L’avocat

Si aujourd’hui l’avocat est partout, que ce soit dans nos assiettes, sur la carte des restaurants, dans nos produits de beauté ou encore sur notre feed Instagram (parce qu’un avocat, en plus d’être bon pour notre santé, c’est joli !), le succès de l’avocat recèle pourtant une face cachée. Loin d’être écologique, la production de seulement trois avocats nécessite 1.000 litres d’eau, soit environ 500 milliards de litres d’eau par an. En plus d’être très énergivore, la production d’avocat nécessite donc une surexploitation des nappes phréatiques, mais aussi une culture intensive qui engendre la déforestation. De quoi nous faire réfléchir à deux fois la prochaine fois que l’on aura envie de se faire du guacamole.

Le soja

Étant riche en protéine, le soja est souvent consommé comme alternative aux produits issus des animaux. Steak de soja, tofu, lait de soja, etc. Si le soja est depuis longtemps utilisé dans la cuisine asiatique, chez nous, il a su trouver également sa place au fil du temps, en particulier parmi les végétariens et vegans. À tel point qu’aujourd’hui, l’huile de soja serait même la plus consommée de la planète. Autant de produits que l’on pensait écofriendly, mais qui ont pourtant un impact direct sur l’environnement. En effet, en plus de contribuer à la déforestation, la production de soja demande l’utilisation de processus industriels lourds.

Le lait d’amandes 

Pour remplacer le lait de vache, les laits végétaux ont la côte auprès de ceux qui défendent la cause animale. Mais en voulant respecter le bien-être animal, boire du lait d’amande ou de soja se ferait pourtant au détriment de l’environnement. La production du lait d’amande par exemple suscite l’utilisation d’énormes quantités d'eau dans ses cultures, dans des zones déjà touchées par la sécheresse. Produire 100 ml de lait d’amande revient à utiliser 100 litres d’eau. Un constat qui ne nous donne vraiment pas envie de boire la tasse.

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore.

Lire aussi :