Ces mauvaises habitudes qui volent notre énergie

Certaines de nos attitudes nous apportent plus de mal que de bien. Même si nous en avons conscience, nous persistons dans ces mauvaises habitudes. Il existe pourtant des solutions pour limiter leurs effets.

Par Audrey Morard. Credit photo : Pexels/Matteus |

Sans s'en rendre, il y a des attitudes et des habitudes qui nous épuisent mentalement et physiquement. D'où l'importance de se poser quelques instants pour faire le point sur ce qui nous vole de l'énergie. On l'ignore trop souvent, mais l'énergie est essentielle pour l'être humain. Elle lui permet d'avancer, réfléchir, se motiver, mais surtout garder le positif. L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) souligne son importance : "L’énergie est essentielle pour satisfaire nos besoins les plus basiques". Quelles sont ces mauvaises habitudes à chasser pour ne garder que le positif, encore plus en ce moment ? 

Stresser pour tout, tout le temps 

Des dossiers qui s'accumulent, des factures à payer, le stress s'invite très facilement dans notre quotidien. La moindre petite tâche qu'on a oublié de faire peut vite prendre des proportions énormes chez les personnes ayant du mal à gérer leur stress. Avec le confinement, cette sensation de stress est renforcée. Impossible de partir quelques jours à l'étranger pour se déconnecter et se dépayser, même s'il est toujours possible de découvrir les charmes de la Belgique. Pour ne plus stresser, essayer de lâcher prise. Comment ? En coupant avec le travail une fois votre journée terminée. Prenez un livre, méditez via une application ou des exercices à réaliser en famille. Vous pouvez aussi vous allonger sur votre lit ou canapé, et ne plus penser à rien, juste mettre votre cerveau en mode off. Prenez du recul, en vous disant que chaque tâche sera accomplie en temps et en heure. 

Toujours tout calculer 

Certaines personnes ressentent le besoin de tout calculer, en permanence. Elles planifient à l'avance leur emploi du temps pour se rassurer et ne pas se laisser déborder par un éventuel contretemps. Il est important de se laisser surprendre par l'imprévu. Cela amène un peu de fantaisie et de surprise à un quotidien trop millimétré, mais surtout trop contrôlé. Vous avez terminé votre journée de travail plus tôt que prévu ? Profitez-en pour appeler un ami et lui demander s'il est disponible pour une balade dans le respect des règles sanitaires s'il n'est pas votre contact rapproché évidemment. Il est important d'avoir des moments où règnent la spontanéité et l'inattendu. Où rien est calculé, pour mieux profiter. 

Vivre dans le passé

Vivre dans le passé, se refaire le film de certains épisodes de notre vie, presque en boucle. Cette attitude est adoptée par beaucoup de personnes, par nostalgie, mélancolie, l'envie de se rémémorer de jolis moments. Mais à trop vouloir vivre dans le passé, on oublie d'avancer. Conséquence, nous sommes fatigués mentalement et nous nous faisons avant tout du mal. Par exemple, vous avez rompu dernièrement et n'arrivez pas à tourner la page de cette histoire, efforcez-vous d'oublier les souvenirs liés à votre ex petit(e) ami(e). Supprimez cette personne de vos réseaux sociaux, son numéro de téléphone de vos contacts, les photos de vous deux sur votre smartphone. Cette méthode est radicale, les débuts sont compliqués, mais vous arriverez ainsi à la ou le sortir de vos pensées.

Se plaindre en permanence 

Pour certaines et certains, se plaindre plusieurs fois dans la journée est presque un art de vivre. Au grand dam de leur entourage. Râler pour un verre mal essuyé, un petit bobo pas si grave que cela nous vole de l'énergie au quotidien. Et si on réfléchit, se plaindre nous apporte quoi de bénéfique ? Pas grand chose. Au contraire, on s'énerve encore plus, on ressasse, on s'apporte des ondes négatives. On est embarqués dans une sphère qui nous paralyse. En bref, on arrive à se fatiguer tout seul. Sacré exploit. Pour ne plus se plaindre, il y a un mot d'ordre à respecter : relativiser. Essayez de prendre du recul sur cette petite chose qui vous met dans tous vos états. Vous vous rendrez vite compte qu'il y a beaucoup plus grave. 

Procrastiner sans arrêt 

On a tous une fois dans notre envie reporter à plus tard cette tâche qui nous embêtait. On la remet au lendemain, puis finalement en fin de semaine. Les jours, puis les semaines finissent par passer. La paresse devient votre meilleure amie, mais la tâche, elle, n'est toujours pas remplie... La dealine arrive, et forcément, vous allez encore plus stresser. Résultat, votre énergie descend en flèche, vous vous sentez beaucoup moins bien. Même si cela est plus facile à dire qu'à faire, on vous l'accorde, essayez de vous faire violence et remplir cette tâche ennuyeuse le plus rapidement possible. Mettez-vous des rappels sur vos smartphones, sur des post-it, tous les moyens sont bons pour se dire une bonne fois pour toute : "Cette fois, c'est la bonne, je me lance !". Vous vous sentirez mieux, plus apaisés, avec un poids en moins sur les épaules. 

Voir le côté négatif des choses 

Certaines personnes sont d'un naturel pessimiste, voire très pessimiste, notamment quand il s'agit de leur existence. Elles tirent leur entourage vers le haut, le conseille, le rebooste, mais n'arrivent pas appliquer cela à leur propre vie. Au contraire, elles ne gardent que l'aspect négatif. Parce qu'elles sont dans cette posture négative, elles pensent que les choses à venir seront elles aussi négatives. On tombe dans l'adage le négatif attire le négatif. Ce concept porte un nom, la prophétie autoréalisatrice. Le sociologue Robert K. Merton affirme : "La prophétie autoréalisatrice est, au début, une définition fausse de la situation qui réveille un nouveau comportement qui fait que la fausse conception d’origine devient vraie". Pour mettre fin à ce cercle de pensées viscieux, essayez de tirer du positif de chaque situation. Le positif apportera alors le positif.

 

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore.