Comment Yuka modifie nos habitudes de consommation ?

On ne présente plus Yuka, l’application qui a envahi nos smartphones et qui dicte les habitudes d’achat d’un grand nombre d’utilisateurs. Une application qui aurait pu faire son temps et se faire oublier aussi vite qu’elle est apparue, mais qui continue pourtant de faire trembler les supermarchés et de nous influencer directement. 

Par Anissa Hezzaz. Photos : Joshua Rawson-Harris on Unsplash. |

Combien de fois avez-vous déjà entendu cette fameuse phrase : « attends, je le scanne sur Yuka pour voir » ? Depuis le lancement de l’application en 2017, l’application, star des produits alimentaires,  a peu à peu pris de la place au sein des foyers. Au point que certains Yukaphiles ne savent plus faire leurs courses sans dégainer systématiquement leurs smartphones. Et cela n’a rien d’étonnant ! Car cette appli, qui en un coup de scan arrive à déchiffrer toutes les étiquettes indigestes pour nous, en plus d’être utile au quotidien, arrive pile à temps où la tendance est au croisement entre l’écologie et le bien-manger. 

Des étiquettes décryptées 

Qu’il s’agisse de produits alimentaires ou même cosmétiques, Yuka a su apporter aux consommateurs soucieux de leur santé,  ce qu’il leur manquait : des renseignements transparents, clairs et précis sur la composition des produits qu’ils achètent. Et même si tout le monde sait déjà qu’une pizza industrielle, des burgers ou tout autre confort-food sur lesquels il est toujours plus facile de se ruer, étaient tout sauf bons pour la santé, Yuka a surtout généré une prise de conscience collective.  D’ailleurs, il suffit de regarder autour de soi pour se rendre compte que tout le monde ou presque, dispose de Yuka sur son téléphone, un peu au même titre que Spotify, Uber ou Tinder.

Yukattitude

Selon une nouvelle étude menée auprès de 230.000 utilisateurs par le cabinet Kimso, 91 % des utilisateurs considèrent cette application comme l’une des plus utiles de leurs téléphones et 65 % d’entre eux l’utilisent au moins une fois par semaine. 94 % des utilisateurs déclarent même avoir arrêté d’acheter certains produits avec Yuka, tandis que 83 % achètent moins, mais de meilleure qualité. Du côté des industriels aussi les choses bougent puisque la composition de 26 produits a déjà été modifiée. Et si ce n’est pas grand-chose comparé aux 500.000 produits référencés dans l’appli, c’est déjà un pas vers un mode de vie plus sain. Plus qu’une simple application mobile, Yuka semble être devenu un véritable phénomène. 
 

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore.

Lire aussi :