Notre sélection shopping pour un hiver rock

Les podiums ont révélé une femme bien dans son temps, un brin revendicatrice d’une féminité qu’elle entend se réapproprier. Le résultat : davantage de couleurs, une palette plus sombre, un maquillage intense qui ose l’œil charbonneux sur une bouche lie-de-vin...

PAR INGRID VAN LANGHENDONCK. PHOTOS : CATWALK ETIENNE TORDOIR. |

À la ville, on ne cherchera pas le mat à tout prix et on apprivoisera les notes de brillance pour donner de la lumière à son make-up ! On osera le rouge à lèvres un peu dark, mais pas gothique, comme le bordeaux ou le prune, qu’on tapotera uniquement au centre de la bouche en journée, mais qu’on posera au pinceau sur sa totalité, comme un bijou, une fois la nuit tombée.

L'oeil charbon 

Dans la vrai vie, il ne s’agit pas de noircir l’œil de manière aussi spectaculaire que sur le défilé Max Mara, mais on retient qu’un coup de crayon noir, même assez fin, gagne en intensité s’il est ensuite estompé au pinceau rond pour lui donner cet effet de halo sombre, un peu mystérieux.

La bouche prune

Sur le catwalk, Rochas l’a voulue très foncée, et très mate. Et on aime ! Elle donne de la force à votre allure. Mais ce genre de tonalité se doit d’être posé sur une bouche qu’on aura au préalable dessinée au crayon à lèvres, car elle ne permet aucune imperfection dans le tracé.

Le nude apprivoisé

En écho à cette débauche d’effets, le teint se fait diaphane, à peine rehaussé d’un blush beige et de quelques touches de lumière sur le haut des pommettes et sur le front pour capter la lumière. Le fond de teint se fait bas de soie high-tech pour répondre à cette quête croissante du teint parfait.

Lire aussi :