Que boire quand on ne veut pas d'alcool en soirée ?

Plus besoin d’attendre le week-end pour savourer un bon cocktail. Les boisons nolo facilitent nos lendemains de soirée.

TEXTE LAURA SWYSEN. PHOTOS D.R. SAUF MENTIONS CONTRAIRES. |

Sans vouloir faire ma rabat-joie, l’alcool n’est plus une condition sine qua non pour une soirée réussie. Comme le prouvent de nombreux Belges, qui ont opté pour la philosophie nolo - traduisez “no ou low alcohol”. Ne résumez pas ce mouvement à cet apéro 0 % au goût chimique ultra-sucré que vous avez acheté au supermarché il y a cinq ans : depuis trois ans, le secteur du sans-alcool se développe à pas de géants.

Parmi ces ovnis du milieu, un label belge tire son épingle du jeu, au point de se faire appeler le “Roi du Zéro”. Tout est parti d’une frustration, raconte avec humour Alexandre Hauben, le créateur de Botaniets. Afin d’atteindre ses objectifs, ce sportif amateur tente de réduire sa consommation d’alcool, mais c’était sans compter sur les sorties entre amis. Alors que mes amis commandaient un Spritz, un gin tonic ou du vin, j’ai décidé que, ce soir-là, je ne consommerais pas d’alcool. “Je vous mets un coca alors ?” a répondu le barman en souriant, devant mes amis hilares. Je me suis senti puni toute la soirée et je me suis dit que je devais agir.

La vidéo du jour :

 

De cette frustration est née une formidable aventure. N’étant pas un amateur de bières et n’appréciant pas les vins sans alcool présents sur le marché à l’époque, Alexandre se concentre sur les spiritueux 0 %. Débordant d’enthousiasme, il se plonge alors dans les carnets de son arrière-arrière- grand-père, Georges Niets, un éminent botaniste. J’ai commencé à comprendre les effets gustatifs de certaines plantes comme le romarin, les baies de genièvre ou encore la cardamome. Je ne suis ni chimiste, ni laborantin, mais cela m’a permis d’envisager des combinaisons qui pourraient permettre, du moins sur papier, d’élaborer un potentiel gin sans alcool, distillé à l’authentique.

Des plantes et un soupçon de patience

Après de multiples essais, qui lui en ont fait voir de toutes les couleurs (du gin bleu curaçao au vert en passant par le jaune), Alexandre Hauben obtient la fameuse combinaison. LA recette magique qui lui permet de préparer un gin sans alcool distillé comme un “véritable gin”. C’est cette particularité qui confère à Botaniets tout son caractère, car ce gin 0,0 % ressemble à s’y méprendre aux spiritueux alcoolisés présents sur le marché. Aucun grand alcoolier belge n’a voulu travailler sur le projet, ils ne comprenaient pas le sens de ma démarche, j’étais la risée du milieu. Il faut dire que ce processus qui se compose de trois distillations, prend du temps : sept jours sont nécessaires pour produire une bouteille de Botaniets alors qu’une bouteille de gin classique ne demande que trois heures.

Pour concocter ce délicat breuvage, qui est produit aux Pays-Bas et mis en bouteilles à Gand, il faut, dans un premier temps, préparer un gin alcoolisé avant de le distiller à nouveau pour obtenir ce fameux 0,0 % qui emplit Alexandre Hauben de fierté. Il est plus facile de faire du low que du no alcohol, mais j’avais envie d’atteindre mon objectif. Fier de son originale création, il décide de la servir à quelques grands chefs du pays. Je n’ai jamais goûté ça de ma vie. Est-ce vraiment un gin sans alcool ?, aurait lâché Yves Mattagne avant d’en commander pour sa nouvelle Villa Lorraine. David Martin, Isabelle Arpin ou encore Alexandre Dionisio sont, eux aussi, conquis. Et c’est comme ça que j’ai lancé une entreprise... Juste avant une pandémie mondiale (rires). Mais le virus à couronne n’a pas eu raison de cette belle belgian story. Aujourd’hui, Botaniets est présent sur une centaine de terrasses, dans le shaker de nombreux mixologues ainsi que dans de nombreux restaurants dont plusieurs établissements gastronomiques du pays.

Un client sur cinq est potentiellement intéressé par des mocktails. Ces clients n’ont plus envie d’être limités à des jus de fruits... L’autre gros avantage du nolo, c’est qu’en plus de réduire votre consommation d’alcool vous diminuez également votre consommation de sucre. Ainsi, un gin tonic conçu avec du Botaniets (un Gin Toniets pour les intimes) ne compte que 30 calories contre 300 pour une version classique.

Depuis plusieurs années, on fait plus attention à ce que l’on mange, la notion de bien-être est beaucoup plus présente. On le voit avec le nombre de salles de sport qui ont ouvert leurs portes ou encore avec la tendance des cuisines veggie et vegan. Le secteur du nolo découlerait ainsi de la philosophie du “bien manger”, qui accorde une grande importance à traquer les sucres de son assiette et à miser sur une alimentation plus saine (et surtout beaucoup plus transparente).

Après avoir conquis le cœur des Belges avec son gin sans alcool de grande qualité, Alexandre Hauben a élaboré d’autres recettes de spiritueux 0,0 %. Ainsi le Havaniets, un rhum brun sans alcool, et le Whiskniets verront le jour dans le courant de l’année 2022. Mais le succès des spiritueux Niets ne s’arrête pas à nos frontières : Un soir, je reçois un mail : “Félicitations, vous avez gagné”. Ce simple mail nous annonçait que nous avions remporté la médaille d’argent au concours international de spiritueux de New York dans la catégorie “gins”, alcoolisés et non alcoolisés confondus. Nous avions envoyé quelques bouteilles de Botaniets en amont, sans penser une seule seconde que l’on pouvait gagner un prix. Une magnifique revanche pour ce sympathique Belge – le proverbe enfantin “Rira bien qui rira le dernier” me semble ici tout indiqué. Le Roi du Zéro porte bien son nom et vous invite à trinquer sans modération !

botaniets.com

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore.