On a testé le take-away d’Isabelle Arpin

Isabelle Arpin a décliné son activité en take away, sous une nouvelle enseigne : La Bonne étoile. Carlo et Flo ont commandé un diner complet et leur verdict est tombé : C’est de la haute couture !

Carlo de Pascale et Florence Hainaut. Photos Myriam Baya. |

« Isabelle Arpin a enfin son restaurant à elle. Il était temps. Et c’est une grande adresse » Voilà ce qu’écrivait Florence en 2019, à la suite d’un lunch plus que mémorable. Et comme il me tardait d’y retourner, et que la fermeture des restaurants est venue me couper l’herbe sous le pied, j’ai eu envie de nous commander à emporter du Arpin… à la Bonne Etoile, car la cheffe a décliné son activité en take away sous une nouvelle enseigne. D’ailleurs, la Bonne Etoile fonctionne en tout temps, même hors confinement.

Commande Haute couture

L’offre sur le site web manque une peu de clarté, mais en cherchant un peu, on finit par comprendre où est la vraie gourmandise d’Isabelle, et on vous le dit d’avance, c’est dans les « menus » et la section « haute couture » que ça se passe. Il y a une section « manger » avec des menus à 45€ ou 60€ p/p, des plats « haute couture » ou même une série de quatre plats du jour pour la semaine (à 45€) et un lunch ; une section vins et champagnes et une section « grignoter » pour des trucs… à grignoter.

Après avoir navigué entre les différents offres, on finit par commander un menu « Tant pis ! » à 60€ p/p (mais on espère quand même que ce sera « Tant mieux !), composé cette semaine de deux entrées : «anguille fumée, betteraves , oeuf confit, Colonnata » et une « mousseline de pommes de terre, jus de volailles, truffe noire»; en plat nous aurons du « maigre, cèpes , raviole de chou , jus au cresson » et le dessert, une « pomme au four comme une tatin ». Parce qu’on voulait tout goûter ou presque, via la section « haute couture », on prend un « tataki de bœuf » (18€)  et un « agneau confit fumé, ras el hannout» (22€), suivi d’un riz au lait en dessert (8€) Parce qu’on avait peur de manquer, on se commande quelques houmous en grignotage, mais ce n’est pas là que ça se passe niveau émotion, on vous le dit tout de suite !

 

La livraison

Il faut commander la veille, pour une livraison le lendemain l’après-midi ou le soir. Tout arrive bien à l’heure, assez correctement emballé, mais sans que la marque n’apparaisse sur les emballages, les plats chauds ou froids sont dans des barquettes en alu ou carton. Il y a des sauces et condiments à part, avec des numéros dessus et on reçoit un mail mode d’emploi, même s’il n’y a pas grand-chose à terminer avant de réchauffer ce qui doit l’être et de passer à table.

En effet, ici on n’est pas dans le « prêt à terminer » (voire à cuire) et assembler que l’on a pu rencontrer lors de nos récentes dégustations des take away. Isabelle nous précise par téléphone « certains clients veulent du clé en main, déjà j’ai du mal à leur faire accepter de chauffer une sauce!» Concrètement, ça veut dire qu’on aura du mal à manger les plats chauds autrement qu’à même la barquette, car le dressage fait que tout « transvasage » vers la porcelaine risque de se solder par une destruction du travail de la cheffe !

 

 

Dans les limites « bullesques » autorisées et dans le respect des distances, nous faisons un partage de frères sur l’entrée d’anguille fumée et œuf confit, soulignée d’un délicieux cordon de sauce betterave que nous dresserons à l’arrache, et on se régale déjà. Le tataki de bœuf et, plus encore, l’agneau confit sont délicieux et intenses. Florence termine la mousseline de pommes de terre, un peu riche, mais gourmandissime, même si les truffes d’automne sont un peu en figuration. La patte Arpin que l’on connaît est bien là, et elle est simple : une assiette que l’on racle pour bien mélanger les saveurs, et ces saveurs, une fois assemblées en bouche sont d’une grande justesse.

Les desserts sont joliment gourmands, surtout la pomme tatin (régression totale). Au final, une addition qui grimpe hvite, mais une signature Arpin bien identifiable, et ça ce n’était pas gagné, tant les contraintes de l’emporter sont différentes du restaurant!

labonneetoile.cooking

Commandes la veille pour le lendemain. Livraisons dans les 19 communes bruxelloises du mercredi au samedi.

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore.