Dans le dressing des Magritte du cinéma

À quelques jours de la remise des prix du cinéma belge, nous sommes allés à la rencontre des stylistes chargés d’habiller les intervenants de la soirée. Essayages, rires et confidences entre deux tenues glamour...

TEXTE ET PHOTOS : SIGRID DESCAMPS SAUF MENTIONS CONTRAIRES. |

Ixelles, mi-janvier. Nous sommes à une douzaine de jours de la 9e cérémonie des Magritte, qui verra les personnalités du 7e art belge francophone fouler le tapis bleu, prendre la pose, voire monter sur scène pour remettre ou recevoir un trophée. Pour que la soirée soit réussie, rien n’est laissé au hasard. Ni le timing, ni la technique... ni le look ! Cette mission échoit aux stylistes Delphine Demoulin et Didier Vervaeren qui, pour l’occasion, habillent une quarantaine d’intervenants.

Didier : " Nous nous occupons de tous ceux qui ont une visibilité ce soir-là, acteurs et actrices nominés, remettants, présidents, maître de cérémonie, Magritte d’honneur... Certains intervenants sont connus dès décembre, mais d’autres ne sont révélés que trois semaines avant la cérémonie, au plus tôt. Ce qui nous laisse peu de temps pour tout mettre en place." Un travail qui demande une sacrée organisation et une parfaite maîtrise des agendas.

Delphine : " Avec tous ces emplois du temps différents, c’est ce qu’il y a de plus difficile à gérer car on doit pouvoir étaler les rendez-vous, afin de ne pas se retrouver avec des essayages en dernière minute. Malgré tout, nous avons encore toujours deux, trois exceptions, qui ne peuvent pas se libérer, et qui découvrent leur tenue au dernier moment."

Didier poursuit : "Certains se montrent très disponibles, ils vivent en Belgique et peuvent se libérer facilement, d’autres par contre vivent ou travaillent à l’étranger et ça devient plus compliqué, même s’il nous est possible de nous déplacer jusque Paris par exemple. Avec parfois des gens très ouverts, d’autres pas du tout (rires). Il arrive que certains collaborent déjà avec une marque, mais c’est rare. Parmi les hommes, il y en a qui, habitués à ce genre d’événements, possèdent leur propre costume. Dans ces cas-là, la question se règle vite, mais on les rencontre quand même pour voir si on peut ajouter quelque chose, un accessoire, un bijou... Quoi qu’il en soit, il y a toujours une prise de contact et une discussion préalable."

Vive le noir

Ce jour-là, chez Delphine, trois personnalités vont se succéder : l’actrice Anne Coesens, qui a déjà travaillé avec le duo, la réalisatrice Fien Troch et la romancière Aline Dieudonné qui, elles, ne l’ont encore jamais rencontré. "Mais on a déjà une idée des tenues à leur présenter", précise Didier.

"Avant les essayages, on communique avec chacun par téléphone ou par mail, pour cerner les envies, présenter des marques, des créateurs. On travaille au cas par cas. On soumet nos propositions, puis viennent les essayages. Certains se font durant les jours qui précèdent la cérémonie, dans une chambre d’hôtel réservée à cet effet, mais beaucoup ont lieu avant, ici. Avec parfois des choix qui se confirment, mais aussi, des retournements de situation. Comme des actrices qui voulaient une robe longue et qui choisissent finalement un modèle court ou un pantalon."

Côté tons par contre, peu de surprise. "Le noir a la cote, sourit le duo. Les Belges assument peu les couleurs. Cela manque peut-être un peu d’audace, mais cela ne veut pas dire que le noir est triste pour autant. Et puis, on peut jouer avec les accessoires." Ce que l’on va vérifier en direct lorsqu’Anne Coesens nous rejoint...

Eviter le déguisement

L’actrice, lauréate de deux Magritte, montera cette fois sur scène avec Veerle Baetens, sa partenaire dans Duelles (bientôt sur les écrans), pour remettre le trophée du meilleur second rôle masculin. "On a trouvé plus original d’opter pour le pantalon", explique-t-elle. "Par le passé, monter sur scène pour donner ou recevoir un prix était pour moi une source de stress énorme. Comme au cinéma, le choix de la tenue est important. On se sent plus à l’aise quand on ne doit plus se soucier de ce que l’on porte. On m’a parfois prêté des tenues dans lesquelles je ne me sentais pas bien. Il n’y a rien de pire que de se sentir déguisée. Je ne suis pas du tout fashion addict et le contenu de mon dressing est limité. Si ça ne tenait qu’à moi, je viendrai en pyjama (rires). Mais depuis que je travaille avec Delphine et Didier, c’est devenu un plaisir ! Ils savent écouter et choisir une tenue en accord avec ma personnalité. Ils ont bien compris par exemple que je préfère un pantalon à une robe - plus pratique pour marcher, s’asseoir – ou qu’il est inutile de me soumettre une robe rose vaporeuse (rires)."

Pour preuve, il suffira à Anne d’essayer deux tenues pour poser son choix. Elle déclinera un pantalon, qui pince un peu, et une blouse trop lourde, mais sera séduite par un pantalon noir ample et une blouse longue satinée en deux tons signée Christian Wijnants, avec lesquels Didier la voit bien porter des bijoux de Céline D’Aoust. Un look ("que l’on ne peut hélas vous dévoiler, confidentialité oblige", ndlr) approuvé par le tandem, qui le fige sur photos, de face, de profil et de dos. Ces clichés serviront à classer les tenues par intervenant dans le vestiaire dressé dans l’hôtel, mais aussi, à préparer le travail du coiffeur et du maquilleur.

"On les leur envoie pour qu’ils réfléchissent déjà aux couleurs, préparent leurs fiches et prévoient le matériel nécessaire. "Tout est très minuté le jour J, il est hors de question d’être pris au dépourvu. Petit rôle supplémentaire ici, les photos seront aussi envoyées à Veerle Baetens, pour qu’elle puisse voir ce que sa co-remettante portera et s’assurer qu’elles seront raccord. Ce qui est bien ici, c’est qu’Anne a choisi un créateur que Veerle aime aussi beaucoup."

La mode, c'est belge 

En parlant de créateurs, on jette un œil sur les tringles où s’alignent les tenues, classées par couleurs. On y trouve un peu de tout : Liu Jo, Max Mara, Patrizia Pepe... Mais aussi de nombreuses marques belges comme Christian Wijnants, Wolf (par Aude De Wolf), Jean-Paul Knott ou Filles à papa... "On propose beaucoup de belge", explique Didier. "Pour les vêtements évidemment, mais aussi pour les chaussures, les sacs et les bijoux. C’est une belle occasion de mettre nos talents en avant."

Une démarche que soutient à 100 % la réalisatrice Fien Troch, lauréate du Magritte du meilleur film flamand l’an dernier, et qui remettra cette année celui de la meilleure coproduction internationale : "Mon premier critère pour choisir une tenue reste qu’elle doit m’aller; je dois me sentir bien dedans, mais je trouve ça encore mieux si c’est une marque belge. Moi-même, je porte souvent du Filles à papa lors d’événements." Ce n’est par contre par vers cette maison que la cinéaste se dirigera cette fois, suite à un coup de cœur pour une longue robe noire Wolf, qui valorise sa silhouette longiligne.

Plan B

Avec la troisième “cliente” du jour, le duo est confronté à un tout autre cas de figure. La romancière Adeline Dieudonné, qui remettra le trophée du meilleur scénario, a flashé sur une longue robe noire décolletée dans le dos Paule Ka. Sauf que ladite robe voyage de fashion week en fashion week et risque de ne pas être disponible pour la cérémonie. L’écrivaine va donc d’abord essayer une autre robe de la même marque... qui ne lui plaît pas. Mais le but est autre : "Il s’agit de vérifier le fitting", commente Delphine. "D’une marque à l’autre, un 36 n’est pas l’autre."

Première bonne nouvelle : la taille correspond. "Cela veut dire que si la robe qu’elle aime arrive à temps, on sait déjà que ça tombera bien, mais on doit malgré tout prévoir un plan B." Adeline passera alors quelques tenues de style et tons différents. Elle nous avoue avoir plus envie d’une belle robe – les occasions d’en porter sont rares – mais ne dirait pas non à un pantalon. Ce qui sera le cas de son plan B, un très beau pantalon (noir évidemment) qu’elle devra revenir essayer plus tard avec un bustier rigide, "pour un effet plus structuré", précise Didier.

Il nous reste toutefois à attendre ce soir pour découvrir le résultat final sur chacune. Suspense !

En attendant, voici quelques-unes des personnalités habillées par Delphine Demoulin et Didier Vervaeren :

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater de la cérémonie des Magritte.

Lire aussi :

Que faites-vous ce week-end François Troukens ?