La première boîte de nuit bruxelloise rouvre ses portes

Danser en toute sécurité dans un lieu pensé « covid » était un enjeu de taille pour le milieu de la nuit. Le Spirito, la boîte bruxelloise bien connue de la capitale vient de relever ce défi en proposant un tout nouveau concept. 

Par Anissa Hezzaz. Photos : D.R. |

Les boîtes de nuit rouvriront-elles un jour ? C’est la question à laquelle il était jusqu’à présent difficile de répondre. Dans un lieu où porter un masque relève de l’utopie et où les gens sont là pour danser, boire et parfois même s’embrasser, difficile de faire respecter les gestes barrières. D’ailleurs, depuis le déconfinement, les gérants des boîtes de nuit ne se faisaient plus d’illusions : ils savaient d’emblée qu’ils seraient les plus mal lotis face à cette crise d’envergure et cette fermeture à durée indéterminée. Certains ont donc fait preuve d’imagination pour rebondir et pouvoir à nouveau rouvrir : des boîtes de nuit se sont transformées en bar musical, et d’autres ont totalement repensé leur concept. C’est le cas du Spirito,  la boîte de nuit bruxelloise célèbre pour son décor atypique dans le cadre d’une église qui est restée fermée durant six mois. 

« Nous avons dû nous réinventer », explique Jérôme Blanchart, directeur du Groupe Art Blanc. « Nous ne pouvions pas nous permettre de rater à nouveau une saison. Nous avons donc fait appel au bureau d’architectes d’intérieur Jumi Decor pour concevoir des espaces privatifs à la fois esthétiques et conformes aux nouvelles mesures de distanciation sociale. » Transformé en véritable labyrinthe de verdure, le lieu a été divisé en petits espaces privatifs séparés par des cloisons opaques qui prennent la forme de jardin dont la structure s’inspire directement du style anglican de l’église,  permettant à chacun de venir y faire la fête en petit comité. Chaque espace permet d'avoir de 2 à 10 personnes et plonge le visiteur dans un univers à part entière et l’ensemble fait penser à un labyrinthe enchanté. 

Si habituellement, le club peut accueillir jusqu'à 900 personnes, la capacité d'accueil est désormais limitée à 200 personnes afin que les toutes les mesures sanitaires soient respectées.  De la même façon que l'on se rend au restaurant ou dans des bars, le port du masque reste ici de vigueur pour tous les déplacements au sein du club, mais il ne l'est plus une fois installé à sa table. 

The show must go on

Le 23 septembre dernier, le Spirito a donc rouvert ses portes et proposé cette nouvelle formule à sa clientèle. En plus de venir y boire un coup, il est également possible de commander quelques tapas et finger food puisque le Spirito s’est associé au traiteur Benjamin pour proposer à sa clientèle une offre plus large. Quant au dancefloor, Sasha Lacroix, en charge de la communication du Spirito nous précise que "tout le monde peut danser au sein de son espace mais il n'y a plus véritablement d'espace de dance."  Le Spirito devient donc plus un lieu d’afterwork prolongé où l’on vient se détendre entre amis qu’une boîte de nuit en tant que telle, mais le show n’est pas pour autant près de s’arrêter, même si actuellement il n'y a plus de spectacles qui puissent être organisés. "Pour le moment, on n'envisage rien d'autre que ce qui vient d'être mis en place car si on veut respecter les règles sanitaires, on ne pourra rien faire de plus, mais cela nous permet au moins de survivre à cette crise", conclut finalement Sasha Lacroix. 

Le Spirito sera désormais ouvert du mercredi au samedi, de 19h à 23h. Plusieurs thématiques musicales sont déjà programmées : le mercredi, soirée Hip-Hop/RnB intitulée "Amazonia", le jeudi, soirée Melodic House/Techno axée nature intitulée "Echo", le vendredi, coproductions comme par exemple "Just a Night" et le samedi, soirée 100% Spirito.

Plus d'infos sur https://spiritobrussels.com/

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore. 

Lire aussi :