"L’on-nomi " : prendre l'apéro à distance en période de confinement

Qui a dit qu’il fallait aller dans les bars et les restaurants pour savourer un apéro entre amis ? Une nouvelle tendance tout droit venue du Japon nous prouve que même confiné chez soi, il est possible de trinquer un coup avec ses proches. Le nom de cette pratique ? L’on-nomi. On vous explique ! 

Par Anissa Hezzaz. Photo by Brooke Cagle on Unsplash. |

Pour tenter d’endiguer la terrible épidémie du coronavirus, fini les sorties au restaurant, les dîners et les soirées entre amis parmi tant d’uatres mesures. Plutôt que d’attendre impatiemment et désespérément le retour à la vie normale, certains usent d’imagination pour continuer à avoir des interactions sociales avec le monde extérieur. Pour ne prendre aucun risque, sans pour autant tourner en rond chez soi, les Japonais ont adopté une nouvelle habitude : l’on-nomi. 

Quésako ?

En japonais, l'on-nomi signifie « l'online drinking » (« boire en ligne »). Via des applications de messagerie directe, tels que WhastApp, Messenger, Google Hangout, Skype ou autre, les Japonais se donnent rendez-vous devant leur ordinateur ou smartphone à l’heure de l’apéro pour trinquer ensemble. 

Concrètement, à part d’une bonne connexion internet, vous ne devez rien changer à vos habitudes : servez-vous ce qui vous ferait plaisir, comme un verre de vin, un cocktail ou une mousse bien fraîche, mettez quelques chips ou autres à grignoter et raconter à vos amis les derniers potins en date. 

Contrer la solitude du lockdown

Dans la même veine, les Italiens ont inventé les e-péro qui fonctionnent sur le même principe et se donnent désormais rendez-vous tous les soirs sur leurs balcons pour chanter et danser ensemble. De l’hymne national Fratelli d’Italia au “Ciuri Ciuri” ,en passant par la Macarena, les flashmob de balcons permettent aux Italiens de s’évader et d’oublier le temps d’une chanson le contexte mondial angoissant.

 

 

En Espagne, les citoyens rendent hommage au personnel médical en applaudissant depuis leur balcon. Bref, autant de petites initiatives qui nous redonnent le sourire et nous permettent de garder le moral quand les mauvaises nouvelles ne finissent pas de pleuvoir.  

 

 

Lire aussi :