Italie, Turquie, Espagne : les traditions du Nouvel An dans le monde

À chaque pays sa coutume pour célébrer la fin d’une longue année, surtout 2020. Un petit voyage autour du monde s’impose pour découvrir certaines d’entre elles aussi originales que symboliques.

Par nour chennoufi. Crédit photo : unsplash/david boca |

Si nous nous contentons de la choucroute au dîner de la Saint Sylvestre à Liège, le Nouvel An appelle à différentes traditions dans le reste du monde. Pour commencer l’année comme il se doit, chacun a sa propre manière de l’enchanter et de la rendre mémorable, même en ces temps particuliers. Du Japon à l’Allemagne, en passant par la Turquie, découvrez les différentes coutumes qui marquent la fin de l’année. 

En Turquie, on jette des grenades par le balcon 

Évidemment, quand on parle de grenade, il est ici question du fruit juteux riche en vitamines ! Chaque 31 décembre à minuit, les Turcs ont l’habitude de les jeter depuis leur balcon. Un geste symbolique pour se souhaiter une année abondante en amour, en argent et en travail. Appelée Nar meyvesi, la grenade porte la même racine que le Soleil, « Nar ». Son symbolisme aurait été associé à la puissance de cet astre, source de vie. 

En Italie, on déguste un plat aux lentilles et on jette les objets usés par la fenêtre

Le dîner de la Saint Sylvestre ne doit rien au hasard en Italie. Un cotechino e lenticchie (saucisses et lentilles) est l’incontournable repas à avoir à table le 31 décembre. On dit que cela porte chance de manger des aliments ronds, car leur forme ressemble à celle des pièces de monnaie. Une autre tradition un peu plus originale existe. À Naples, plus précisément, on préfère jeter par la fenêtre ses vieux vêtements ou des objets usés pour marquer le début de l’année.

Au Japon, on fait le ménage en famille

Afin de purifier leur intérieur des énergies de l’année précédente, les Japonais ont pour tradition de faire le grand ménage en famille. Pour l’occasion, ils ornent leur demeure de décorations symboliques telles que le shimenawa (une corde sacrée) ou le kadomatsu (une offrande décorative faite de pin et de bambou). Pour rendre hommage au surnom de leur pays, les Japonais se couchent ensuite juste avant minuit afin de contempler en famille le premier lever du soleil de la nouvelle année. 

En Espagne, on mange douze raisins à minuit

La tradition remonte à 1909, lorsque les vignerons d’Alicante l’ont initiée pour remédier au surplus de production de raisins. Aujourd’hui, les Espagnols ont pour tradition de manger douze raisins durant les douze coups de minuit pour célébrer le Nouvel An. Chaque raisin symbolise un mois de l’année et si la tradition est respectée, les douze mois à venir seront remplis de bonheur et de prospérité. 

En Russie, on trinque ses vœux

En Russie, la tradition de la « coupe à vœux » célèbre le 31 décembre. Il ne suffit pas de croire en son souhait pour l’année à venir, il faut le boire pour l’exaucer ! Aux douze coups de minuit, les Russes ont pour habitude d’écrire leurs vœux sur un bout de papier, de le brûler et de récupérer ses cendres. On les ajoute à sa boisson festive et santé ! Ingérés dans l’organisme, les vœux rédigés n’ont d’autre choix que de se réaliser dans l’année. 

 

En Allemagne, on lit son avenir dans le plomb fondu

Cette coutume porte le nom de Bleigießen. Elle consiste à faire fondre du plomb puis à le jeter dans de l’eau froide. La réaction chimique du chaud et du froid donne des formes incroyables et improbables au métal. Les Allemands déterminent leur avenir dans ces bouts de plomb et prédisent les évènements heureux ou malheureux qui ponctueront la nouvelle année. 

 

 

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore.