Pourquoi penser à son épilation en hiver ?

On se croyait dispensée de la corvée épilation en hiver, mais si on veut vraiment que ce ne soit plus une corvée, c’est pourtant en hiver qu’il faut songer à démarrer les traitements d’épilation définitive ou semi-définitive. 

PAR INGRID VAN LANGHENDONCK. PHOTO: D.R. / Gabe Rebra / Allef Vinicius on Unsplash. |

Pourquoi en hiver ? Simplement parce que quand on parle d’épilation définitive, ou semi-définitive, les traitements rendent la peau temporairement photosensible et il est déconseillé de s’exposer au soleil durant la durée du traitement. Ainsi c’est idéalement entre octobre et février que l’on commence un traitement, afin d’afficher une peau lisse dès les premiers rayons de soleil du printemps. Epilation définitive ou semi-définitive, il n’y a pas que le prix qui vous fera trouver votre technique idéale.

En institut : L’épilation définitive au laser

Cette technique consiste à envoyer une impulsion laser sur la zone à traiter. Cette impulsion est captée par la mélanine jusqu’au cœur du follicule pileux, qu’il détruit par échauffement. Le bulbe est détruit, le poil ne repoussera pas. Candice Henri, de chez Softtouch Lasercare : « Aujourd’hui, un laser traite plusieurs racines de poils en même temps et permet donc le traitement rapide et efficace de zones mêmes étendues du corps. Il faut compter 4 à 6 séances pour traiter définitivement une zone, avec parfois une séance d’entretien annuelle, mais le poil ensuite est définitivement parti et ne repoussera pas.»
Ça fait mal ? Candice Henri : « C’est assez relatif, d’une petite pique au coup d’élastique, la sensation d’échauffement peut survenir mais pour les zones ultrasensibles, comme le bikini, on peut choisir d’appliquer une crème analgésique pour atténuer la douleur »
Et le prix ? De 450€ pour les aisselles ou le bikini, on peut aller jusqu’ à 1.013€ pour les demi-jambes ou 1575€, pour le dos de ces messieurs. 

Infos : www.softtouch-lasercare.be

À la maison : l’épilation à la lumière pulsée

La technique est sensiblement la même, mais comme tous les dispositifs à utiliser à la maison, ils sont moins puissants et donc, la technique de lumière pulsée ne détruit pas le bulbe, elle l’endort.  La lumière pulsée est un flash que vous passez sur la peau, aucune douleur n’est ressentie. Vous commencez donc par 10 à 12 séances espacées de 15 jours avant de passer aux séances d’entretien, toutes les 6 semaines environ. En étant régulier dans les séances, le poil reste ‘endormi’ et ne repousse donc pas. La peau est lisse, sans effet repousse, qui est le plus gros inconvénient des techniques d’épilation traditionnelles. En plus, les appareils de la gamme Lumea de Philips sont dirigés par un App, sur votre smartphone, qui vous rappelle vos séances et vous accompagne tout au long du traitement. Moins couteux mais non définitive, l’épilation à la lumière pulsée séduit de plus en plus, surtout pour les petites zones comme le bikini, le visage, ou les aisselles. 
Et le prix ? Un appareil Lumea de Philips coute entre 200 et 500€ ; la variation de prix s’explique par les petits accessoires et embouts pour traiter les zones plus délicates.

Infos : www.philips.be

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore.

Lire aussi :