Trois idées pour réinventer la gastronomie de demain

À l’heure où les restaurants sont toujours fermés, les chefs ont dû réinventer leur métier pour continuer à travailler tout en respectant les mesures de sécurité. Service de livraison, take-away ou traiteur, certains vont même un cran plus loin et nous donnent un aperçu de ce que sera peut-être la gastronomie de demain. 

Par Anissa Hezzaz. Photos : D.R. |

Un drive-in gastronomique 

Le restaurant gastronomique Le Coq aux champs, situé à Sohait-Tinlot, en province de Liège, n’a pas eu d’autres choix que de fermer ses portes suite aux mesures du gouvernement. Mais plutôt que de se lancer directement dans le service de livraison, Christophe Pauly, le chef du restaurant a pris le temps de réfléchir à ce qu’il allait faire. Au bout de plusieurs semaines  de réflexion, il a finalement décidé de lancer un drive-in gastronomique. Le principe ? Proposer à ses clients un service de take-away sans qu’ils n’aient besoin de sortir de leur voiture et surtout sans contact direct.  Les gestes barrières sont donc complètement optimisés et cela permet au chef et à son équipe de retrouver leurs fourneaux tout en permettant à sa clientèle de se régaler autour d’un délicieux repas. Tous les vendredis, samedi et dimanche, il proposera donc un menu par jour en trois services au prix de 38 euros à partir de ce vendredi 8 mai. 

 

 

www.lecoqauxchamps.be

Des serres séparées

L’idée vient d’un restaurant d’Amsterdam : pour permettre à sa clientèle de profiter des joies d’une sortie au restaurant, le Mediamatic ETEN, un restaurant situé dans le quartier Oosterdok, au bord de l’eau dans la Venise hollandaise, a décidé de rouvrir ses portes. Mais pour faire respecter les mesures de distanciation sociales, le restaurant a créé des « serres séparées », soit des structures en verres qui permettent d’accueillir des tables de deux ou trois personnes. Le projet doit encore être validé, toutefois, si celui est accepté, l’établissement sera en mesure d’accueillir à nouveau des clients dès le 21 mai prochain. En Italie, un projet similaire a été lancé, mais à plus grande envergure : une entreprise spécialisée dans la fabrication de plexiglas propose d’installer des caissons transparents de 4,5 mètres sur 1,5 mètre sur les plages pour permettre aux Italiens de profiter du soleil cet été. L’entreprise voudrait également mettre à disposition des restaurants des parois en plexiglas pour séparer les tables. Mais pour le moment, aucun spécialiste n’a validé une telle idée. 

 

 

Un concept de prêt-à-manger basé sur le local

Aujourd’hui, plus que jamais, il y a une volonté de se tourner vers la proximité et le local. Le confinement aura bouleversé nos habitudes et manger fait partie des rares petits plaisirs que l’on a continué à s’octroyer durant cette période. C’est ainsi que l’on a commencé pour certains, à faire nos courses dans les commerces de quartier, à commander au restaurant du coin, etc. Pour Isabelle Arpin, chef étoilée, ce retour aux sources et à la proximité doit également se traduire dans la manière de proposer la gastronomie. C’est pourquoi, elle lance un nouveau concept de prêt-à-manger, intitulé La Bonne Etoile, qui propose aux particuliers, comme aux entreprises une restauration basée sur un cycle hebdomadaire et sur commande afin d’éviter tout gaspillage.  

Ainsi, en quelques clics, vous passez commande dès le dimanche sur le site www.labonneétoile.com, vous choisissez le point d’enlèvement parmi cinq lieux d’alimentation à Bruxelles et Braine-L’Alleud, et vous récupérez votre commande en fin de semaine, de jeudi à samedi. Les produits sélectionnés sont de saison et issus de l’agriculture locale. En plus du service à emporter mis en place, un service de livraison à vélo sera également proposé sur les 19 communes bruxelloises. 

 

 

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore. 

Lire aussi :