Un musée entièrement consacré au maquillage pour 2020

Les accros des pinceaux, du fond de teint et du fard à paupières vont être ravis ! Mais parce que le maquillage ne se résume pas à quelques produits à mettre sur nos visages, le quartier de Manhattan, à New York, accueillera à partir de mai prochain un tout nouveau musée dédié au maquillage et à son histoire.

Par Mathias Renaux. Photo: D.R. / Instagram |

Si l’on a déjà l’habitude des musées de la mode et des expositions haute-couture, le domaine de la beauté, lui, est encore peu représenté en tant qu’  « élément culturel ». Les choses sont sur le point de changer ! Sobrement nommé « The Makeup Museum », le musée retracera l’histoire du maquillage, qui remonte à plus de 10 000 ans, et qui a, au fil des siècles, réellement impacté la société. C’est dans le district du MeatPacking à Manhattan, un quartier commerçant branché de la ville, que le musée ouvrira ses portes. Pour Doreen Bloch, la directrice exécutive et cofondatrice du Musée : « le Makeup Museum est une institution essentielle pour le paysage culturel à New York et dans le monde ». De quoi prouver au monde que le maquillage va bien au-delà de ce qu’on pourrait croire, bien au-delà d’une simple technique d’embellissement.

Pour être certain de traiter le sujet du maquillage avec objectivité, le musée compte dans ses rangs Rachel Goodwin, maquilleuse des stars (comme Emma Stone), qui a aussi cofondé le musée. Selon elle, "la force du musée sera de démontrer aux gens l'importance du maquillage et à quel point il fait intégralement partie de chaque culture du monde", en mettant en lumière, à la façon d’un highlighter, l’impact des maquilleurs sur les normes de la société.

Le programme

Comme tout autre musée, le Makeup Museum accueillera des expositions temporaires et itinérantes, qui retraceront l’histoire du make-up à travers le temps. La toute première expo du musée sera intitulée « Pink Jungle : le maquillage des années 50 en Amérique », qui portera sur les célébrités américaines des années 50 qui ont contribué à la diffusion et à la banalisation du maquillage. Une période clé dans l’histoire du make-up, puisque c’est à cette époque que le secteur des cosmétiques est né. Parmi les personnalités « ambassadrices » de l’expo, Marylin Monroe, qui fut l’une des premières à oser s’afficher avec du rouge à lèvres, encore très controversé avant 1950, mais aussi Audrey Hepburn ou Greta Garbo. S’en suivront bien sûr d’autres expositions, qui traiteront à chaque fois du maquillage, à travers différents angles. Comme l’explique Rachel Goodwin, « l’objectif (du musée) est de pouvoir organiser de nombreuses expositions et de plonger les visiteurs à différentes époques pour qu’ils comprennent l’impact qu’a eu l’univers de la beauté à chacune de celles-ci. ».

Pour cette première exposition, le musée voit les choses en grand. Le musée prévoit des "masterclass make-up" avec des pros de la beauté, ainsi qu’un espace exclusif où les visiteurs pourront créer leur propre nuance de rouge à lèvres, en s’inspirant des teintes phares des fifties. Mais encore un peu de patience pour découvrir ce musée qui érige littéralement le make-up au statut d’art.

Pour vous faire patienter, le musée vous a prévu une petite vidéo explicative sur sa première expo. Regardez-là juste ici!

 

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore.

Lire aussi: