Dix films pour retrouver le sourire

La période du confinement peut être difficile à vivre. Pour contrer la morosité, voici 10 films feel-good ! Bonne humeur garantie après avoir visionné ces films !

Par Mathilde Trocellier. Photos : D.R. |

Forrest Gump (Robert Zemeckis, 1994)

Forrest Gump (Tom Hanks), jeune homme simple d’esprit, attend patiemment le bus à Savannah en Géorgie. Pendant cette attente, il va tour à tour raconter les aventures qui l’ont conduite à attendre ce bus. De son enfance compliquée mais heureuse avec sa mère, de la guerre du Vietnam ou de sa fulgurante carrière de pongiste, il n’omet aucun détail. Se retrouvant au cœur des événements les plus importants de l’histoire des États-Unis, la vie de Forrest Gump vaut la peine d’être vécue et d’être racontée !
Parce que Forrest Gump ne baisse jamais les bras, il rappelle au spectateur que la vie vaut la peine d’être vécue. Entre émotions et rires, tout y est pour retrouver le sourire !

 

The Truman Show (Peter Veir, 1998)

Si Truman (Jim Carrey) mène une vie parfaite avec sa femme Meryl à Seahaven, il ne rêve que d’une chose : retrouver Sylvia, une jeune femme qu’il a follement aimé pendant sa jeunesse. Bien décidé à partir à la recherche de Sylvia, il prépare son départ. Mais tout semble contraindre Truman à rester à Seahaven : en effet, Truman est le héros d’une télé-réalité révolutionnaire qui a construit une émission autour de la vie du jeune homme. 
Jim Carrey suffit à lui seul pour redonner le sourire à n’importe qui ! La bonne humeur de Truman est contagieuse, et l’histoire insolite de ce personnage emporte le spectateur loin de ses tracas !

 

Good Morning Vietnam (Barry Levinson, 1987)

En pleine guerre du Vietnam, un animateur radio un peu déjanté est transféré à la base de Saigon pour animer l’émission quotidienne de la zone démilitarisée. Rendu célèbre pour ses émissions de radio à mourir de rire qu’il commence toujours par « Good Morning Vietnam », l’animateur Adrian Cronauer (Robin Williams) se permet tout, même de devenir l’ami de Vietnamiens pour gagner le cœur de la jeune Trinh. Mais au dehors de l’émission, la guerre s’intensifie. 

Tout comme Jim Carrey, Robin Williams ne déçoit jamais, et encore moins dans ce film. Plein d’humour et d’émotions, impossible de ne pas sourire à chaque fois que le personnage prononce son célèbre « Good Morning Vietnam » !

 

Le Sens de la Fête (Eric Toledano et Olivier Nakache, 2017)

Max (Jean-Pierre Bacri), un organisateur de mariage expérimenté, doit gérer le mariage de Pierre et Héléna dans un château de prestige. Il doit faire appel à une équipe de serveurs, trouver des cuisiniers, un photographe, un orchestre et un animateur tout en gérant les demandes et problèmes de chacun, mais aussi les siens.
Comme Intouchables (2011) avant lui, ce film fait rire et pleurer pour finalement mettre du baume au cœur de ses spectateurs.

 

Mamma Mia ! (Phyllida Lloyd, 2008)

Célèbre comédie musicale reprenant tous les plus grands tubes d’ABBA, ce film suit l’histoire de Sophie (Amanda Seyfried) et de sa mère Donna (Meryl Streep). Sophie est sur le point de se marier, et souhaite que son père l’accompagne à l’autel. Seul bémol : elle ne connait pas son nom ! Elle décide alors d’inviter 3 anciens amants de sa mère pour découvrir lequel est son père.
Incontournable, cette comédie musicale est devenue culte à la fois par ses acteurs mais aussi (et surtout) par ses scènes chantées. Comment ne pas retrouver le moral devant 2h de pure magie ? 

 

Et pour un effet tout à fait similaire, pourquoi ne pas regarder la suite avec Mamma Mia ! Here We Go Again (Ol Parker, 2018) ?

 

Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain (Jean-Pierre Jeunet, 2001)

Amélie (Audrey Tautou), jeune serveuse au Café des 2 Moulins, décide de reprendre sa vie en main après avoir trouvé la boîte à trésors d’un petit garçon. Elle se met alors en quête de ce garçon devenu grand, avec une idée en tête : s’il est heureux, elle tâchera de faire le bien autour d’elle, sinon elle retournera à sa vie tranquille sans s’immiscer dans celle des autres. 
Mêlant amour et légèreté, cette histoire nous dépeint un Paris tendre et enfantin, vu au travers de héros pas tout à fait adultes.

 

Mange, Prie, Aime (Ryan Murphy, 2010)

Après un divorce difficile, Elizabeth Bilbert (Julia Roberts) décide de partir pendant un an à Rome, en Inde et enfin à Bali. Ce voyage, à la fois initiatique et libérateur, est l’occasion pour la jeune femme d’en apprendre plus sur elle-même mais aussi de mieux comprendre sa vie. 
Si ce film ne cesse de donner envie de voyager, il met surtout en image une leçon de vie très importante : l’amour de soi est l’amour le plus important. L’héroïne effectue son voyage pour se redécouvrir et de cette façon nous enseigne qu’il faut savoir repousser ses limites pour enfin s’accorder l’amour que l’on mérite. Une belle leçon de vie contre les injonctions actuelles !

 

Sous les jupes des filles (Audrey Dana, 2014)

Véritable illustration de la féminité dans son ensemble, ce film suit les histoires de 11 femmes toutes plus différentes les unes que les autres qui vont cependant se retrouver le temps d’une soirée. Articulant humour, amour, tendresse et empowerment, ce film nous montre que toutes les histoires sont différentes mais que c’est cette différence qui en fait leur beauté. Aucune femme n’est parfaite, et la découverte de soi peut commencer à tout âge. 
Rire et émotions garantis, ponctué par la performance de nombreuses grandes actrices, ce film fait mouche à chaque fois. 

 

Midnight in Paris (Woody Allen, 2011)

Gil Senders (Owen Wilson), auteur en voyage à Paris avec sa fiancée, souffre d’une perte de créativité. Si sa fiancée ne s’intéresse qu’à la bourgeoisie parisienne et aux restaurants mondains, Gil espère trouver dans la Ville Lumière l’inspiration qu’il a perdue pour son roman. Une nuit, alors qu’il se promène seul dans les rues, il va faire une rencontre fabuleuse : une voiture l’emmène à la rencontre des grands artistes qui ont fait la magie de Paris dans les années 1920. 
Parfait pour se motiver à découvrir la littérature et l’art en général, ce film nous rappelle que la magie est partout, même dans les périodes les plus difficiles. Une belle leçon d’espoir qui sait émerveiller le spectateur !

 

Les Garçons et Guillaume, à table ! (Guillaume Gallienne, 2013)

Depuis toujours, Guillaume (Guillaume Gallienne) est persuadé d’être une fille. Cherchant à tout prix à ressembler à sa mère, pour qui il a une admiration sans limites, le jeune garçon apprend à vivre comme une fille tandis que tout le monde pense qu’il est homosexuel. Faisant face à ces quiproquos et à une relation compliquée avec sa famille et ses amis, Guillaume raconte sa lente acceptation de lui-même et de ce qui le rend unique, dans une famille qui ne s’arrête qu’aux apparences. 
Interprétant son propre rôle mais aussi celui de sa mère, Guillaume Gallienne se livre au spectateur dans un film/spectacle autobiographique. L’hilarité est au rendez-vous et on ne peut que se sentir mieux après le visionnage de ce film : il faut être patient, tout ira mieux bientôt. 

 

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore. 

Lire aussi :