Les dorayakis, ces crêpes japonaises fourrées que l’on voit partout

Ce n’est pas nouveau, les réseaux sociaux sont précurseurs de tendances, aussi bien en mode qu'en food. En ce moment, les internautes n’ont d’yeux que pour les dorayakis, ces petites crêpes japonaises fourrées aux haricots rouges.

PAR MARGAU GONZALEZ. CRÉDIT PHOTO : INSTAGRAM/BELIEVE_EAT_OR_NOT |

Depuis quelque temps sur les réseaux sociaux, vous tombez régulièrement sur des images de pancakes fourrés ? Et bien, ce sont des dorayakis, spécialité japonaise. Et contrairement à ce que l’on pourrait croire, elles ne sont pas au chocolat, mais à la pâte d’anko, des haricots rouges sucrés. N’ayez crainte, les haricots rouges s’utilisent de plus en plus en dessert. Brownie, fondant au chocolat, ils permettent une recette plus saine et tout aussi gourmande. De quoi se régaler sans culpabiliser.

 

Des versions différentes

Aujourd’hui, le dorayaki est sans doute l’une des pâtisseries japonaises les plus connues. Il se compose de deux petites crêpes collées. Entre elles se trouve de l’anko, une pâte de haricots rouges sucrée. Mais elle n’a pas toujours eu cette forme et même si les versions concernant sa naissance divergent, elles sont toutes d’accord sur ce point et sur le fait que c’est le moine-guerrier Benkei qui en serait à l’origine, au XIème siècle. Alors pour certains, ce dernier aurait oublié son gong chez un fermier chez qui il se cachait. Le paysan eut alors l’idée de faire frire un gâteau sur l’instrument. On raconte aussi que c’est Benkei lui-même qui l’aurait cuisiné pour remercier ses hôtes de leur hospitalité. Une chose est sûre, le dorayaki tient son nom de ces légendes : "dora" signifie "gong" et "yaki" signifie "frit". Et si la pâtisserie a aujourd’hui cette forme, c’est grâce à Usagiya, un établissement culinaire japonais qui l’a commercialisée 1914. Partout dans le monde, le dorayaki se transforme désormais au gré des envies : à la châtaine, à la pâte à tartiner…

 

Comment réaliser des dorayakis à la maison ?

Il est tout à fait possible de faire des dorayakis maison, à condition d’avoir du temps devant soi. Tout d’abord, il faut préparer l’anko, c’est ce qui demande le plus de temps. Ensuite, il n’y a plus qu’à s’occuper de la pâte. Vous pouvez aussi acheter de la purée d’azuki déjà prête dans des épiceries bio ou spécialisées dans les produits asiatiques.

Pour la purée de haricots rouges, il vous faut :

  • 100 g de haricots rouges azuki
  • 85 g de sucre
  • 30 cl d’eau

Dans une casserole d’eau, mettez les haricots, laissez bouillir puis frémir pendant 5 minutes. Jetez l’eau de cuisson. Vous pouvez répéter cette opération deux fois pour enlever l'amertume des haricots azuki. Ensuite, ajoutez les 30 cl d’eau. Couvrez la casserole et laissez mijoter pendant 45 minutes. Une fois que les haricots sont cuits, videz l’eau puis incorporez le sucre. À feu très doux, mélangez régulièrement pendant 15 minutes. La consistance de la pâte doit s’apparenter à du sirop. Enfin, vous pouvez la mixer pour qu’elle soit homogène. Laissez refroidir.

Pour la pâte, il vous faut :

  • 2 œufs
  • 80 g de farine
  • 60 g de sucre
  • Une cuillère à café de levure chimique
  • 1 cuillère à soupe d’eau
  • 2 cuillères à soupe de miel

Dans un saladier, mélangez les œufs, le miel et le sucre. Ajoutez la farine, la levure et une cuillère à soupe d’eau. Laissez reposer une trentaine de minutes pour que la pâte monte. Dans une poêle huilée et chaude, faites-la cuire comme pour des pancakes. Enfin, pour réaliser des dorayakis, étalez de l’anko sur une crêpe puis recouvrez à l’aide d’une seconde en pressant les bords pour les souder. Voyage gustatif garanti !

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore.