Les maisons de joaillerie, des histoires de familles

La passion joaillière est hautement héréditaire , elle se transmet souvent de génération en génération. L’occasion d’explorer de belles histoires de famille et d’entreprises nées d’un amour commun pour le bijou.

Par Magali Eylenbosch, photo DR |

Mère et fille 

Lorsque Ghislaine revient d’Inde et se rend compte qu’elle a acheté, dans un magasin d’état, un faux saphir au prix d’un vrai, elle s’inscrit aux cours de gemmologie et décroche son diplôme. Sa fille, Laurence-Marie est plutôt intéressée par le côté design de la joaillerie et elle fait ses classes, elle aussi. En 2014, l’aventure du label “ Mère & Fille ” écrit la première page de son histoire. Un nom qui leur vient tout naturellement. “ En général, les marques joaillières portent le nom de leurs créateurs : Cartier, Van Cleef & Arpels, Holemans,… Nous notre histoire a commencé à deux et nous ne portons pas le même nom de famille. Mais nous sommes “ Mère & Fille ”. C’était donc une évidence ! ”. 

La complémentarité est le maître-mot chez “ Mère & Fille ”. Ghislaine sélectionne les pierres avec le plus grand soin tandis que Marie les met en scène en dessinant les bijoux. La fabrication est sous-traitée dans les ateliers Anversois. Le tout se fait en contact étroit avec les artisans. La collection “ prête-à-porter ” est vendue on-line sur www.mereetfille.be. “ Cette formule a étonné tout le monde au début. La situation actuelle nous a finalement été favorable. Le webshop est toujours à jour et une Une plate-forme de création pièce de chaque modèle est disponible. Nous pouvons bien sûr les refabriquer à la taille de la cliente. Tous nos bijoux sont en or ou en platine et elle a évidemment le choix des couleurs. Lorsqu’il s’agit d’une pièce avec une pierre centrale, nous donnons le prix de la monture et celui de la pierre centrale séparément. Ce qui laisse encore plus de liberté puisqu’on peut adapter la pierre en fonction de sa couleur mais aussi de son prix. ” Le tout se fait dans des délais extrêmement raisonnables (entre 10 jours et trois semaines). “ Mère & Fille ” c’est aussi des créations sur-mesure pour celles qui préfèrent un bijou exclusif. “

Qu’il s’agisse d’imaginer une bague de fiançaille ou simplement la pièce dont une cliente rêve, nous mettons tout en œuvre pour satisfaire les demandes. ” Idem pour les transformations. “ On hérite ou on retrouve au fond d’une boîte à bijoux des bagues ou des colliers usés ou démodés. Ils ont pourtant de la valeur. Nous essayons de récupérer l’or et les pierres et nous proposons quelque chose de plus moderne. ”

 

Du côté de la joaillerie danoise

Ole Lynggaard, le père, était déjà fils de bijoutiers. C’est un créateur né et très vite, il lance sa marque de bijoux éponyme. Sa fille, Charlotte, a pris la relève. Elle trouve l’essentiel de son inspiration dans la nature, particulièrement généreuse au Danemark. Exit le bling-bling. Charlotte affiche une allure à la fois chic et naturelle et ses bijoux lui ressemblent. 
Les nouvelles bagues Snakes en or jaune 18kt avec des pierres précieuses telles que la turquoise, le quartz rutile, le lapis-lazuli, la tourmaline verte, la malachite et la topaze bleue. À partir de 4.550 €.

Pour l’amour du diamant 

Le diamantaire, André Messika, a transmis son amour des belles pierres à sa fille. Sa fille, Valérie, est aujourd’hui une référence dans l’univers de la joaillerie. Elle a su faire du diamant une véritable “ pierre-à-porter ” qui accompagne les femmes au quotidien. Ces créations à la fois élégantes et modernes ont d’ailleurs été repérées sur de nombreux tapis rouges.
La bague Move Romane, en or blanc et diamants. Prix : 3.290 €

 

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore.