Allergies au pollen : comment se soigner dès les premiers symptômes ?

Le printemps est enfin là et avec lui, la rhinite allergique, que l’on nomme plus communément rhume des foins, revient en force. Comment savoir s’il s’agit d’un simple rhume ou si vous êtes réellement allergique et surtout comment vous en prémunir ? On fait le point. 

Par Anissa Hezzaz. Photo de Polina Tankilevitch provenant de Pexels |

Nez qui coule, éternuement à répétition, yeux qui grattent, etc. : le retour du soleil et le mercure qui augmente ne sont pas sans conséquence chez les personnes allergiques au pollen. En Belgique, on estime que 25% de la population belge en souffre. La saison du pollen varie d’une année à l’autre et d’un mois à l’autre. Généralement, en cette période de l’année, les pollens qui sont les plus allergisants sont le noisetier et l’aulne, suivi du frêne et du bouleau (qui fait d’ailleurs partis des pollens les plus allergisants). Les allergies aux pollens surgissent quand il y a une forte concentration dans l’atmosphère des pollens. Les pollens se propagent principalement entre janvier et avril, vient ensuite la saison des graminées de mai à juillet et enfin des herbacés de septembre à fin octobre. Vous l’aurez compris, tous les pollens ne sont pas présents dans l’air au même moment, toutefois, une personne très sensible pourrait être incommodée de février à septembre. Si vous avez des symptômes, type écoulement nasal, démangeaisons, yeux larmoyants ou éternuement, pensez à surveiller de près le calendrier pollinique de votre région. Cette année, le réseau national de surveillance aérobiologiqe AirAllergy a constaté le début de la saison des pollens mi-février. La vague de l’aulne et du noisetier est pratiquement terminée, mais la prochaine vague qui arrive est celle du bouleau. Si vous souffrez d’allergie aux pollens, vous pouvez diminuer les symptômes en adoptant quelques réflexes dès maintenant. 

La vidéo du jour :
 

1. Aérez

Pour éviter que le pollen ne se dépose dans votre lit et qu’il ne vous dérange durant votre sommeil, il est primordial d’aérer régulièrement  votre intérieur. Faites-le à certain moment de la journée pour éviter le pic de pollution : ainsi les meilleures heures pour aérer sont le matin, entre 7h et 9h ou tard le soir. Une autre astuce consiste à laver vos taies d’oreillers tous les deux jours.

2. Lavez-vous les cheveux

En rentrant chez vous, l’une des premières choses à faire lorsque vous êtes allergiques au pollen est de laver vos cheveux. En effet, cela permet de vous débarrasser du pollen accumulé au cours de la journée. Si vous manquez de temps pour les laver, pensez en tout cas à bien les secouer et à les brosser avant de dormir pour éviter que le pollen ne se dépose sur vos oreillers.

3. Évitez les balades en pleine nature

Avec ce beau temps, on n’a qu’une envie : prendre un bon bol d’air frais et se balader dans les forêts et les parcs qui bordent notre ville. Mais pour les plus sensibles au pollen, il est déconseillé de sortir par ce temps et en particulier lors des pics polliniques.  En revanche, il n’est pas non plus question de s’enfermer chez soi et de vivre volets fermés durant toute la saison des pollens. Évitez simplement de vous rendre en pleine nature pour limiter votre exposition aux pollens. 

4. Appliquez de l’huile essentielle

Il est en effet possible de soulager le rhume des foins grâce aux huiles essentielles. Pour réduire vos symptômes, appliquez par exemple de l’huile essentielle d’Estragon ou encore de l’huile essentielle d’Eucaplyptus radié en guise de décongestionnant.  On applique quelques gouttes sur la nuque, le dos et le thorax. Si vous êtes encombré, pensez à l’huile essentielle de menthe poivrée, ou au thym qui permet de décongestionner les voies respiratoires. Vos yeux sont rougis et gonflés ? L’huile de camomille apaise l’inflammation. 

5. Mangez de l’oignon

La quercétine, un antioxydant présent dans l’oignon, surtout dans l’oignon rouge, bloque naturellement la production d’histamine qui déclenche la rhinite allergique. Les poissons gras et l’ail sont aussi de très bons antiallergiques. Privilégiez donc ces aliments plutôt que de consommer trop d’antihistaminiques.

Ne manquez plus aucune actualité lifestyle sur sosoir.lesoir.be et abonnez-vous dès maintenant à nos newsletters thématiques en cliquant ici.