BMW série 3 : Objectif plaisirs… non démodés!

Nous l'attendions au tournant cette nouvelle série 3. Fort de son passé prestigieux et de ce qu'elle a offert à de nombreux passionnés d'automobiles. Avec comme objectif numéro 1: du plaisir au volant. Voyons si le bavarois est parvenu à nous convaincre…

Par Vincent Hayez. Photos : D.R. |

A chaque génération - la 7e ici - ce n'est pas une révolution du style mais une évolution de ce que devrait être une familiale qui met le plaisir de conduite au cœur de son ADN… Ceci dit, la "3" est entièrement nouvelle et a même pris quelques centimètres avec une longueur totale de 4,71 mètres. Grâce à l'allongement de l'empattement (distance entre les roues avant et arrière), le passager arrière gagne un peu d'aisance au niveau de ses jambes. Bien évidemment, la série 3 demeure une propulsion, c'est aussi son ADN (traction intégrale XDrive en option). Niveau moteurs, les entrées de gamme sont les 4 cylindres 320i en essence (184 ch) et 318d en diesel (150ch). Indisponibles lors de cette prise en mains, nous avons opté pour la 320d (190 ch) avec boîte automatique à 8 rapports (option). Alors oui, il s'agit d'un diesel (qui représente encore la majorité des ventes dans ce segment spécifique) mais il répond non seulement aux dernières normes en vigueur mais il est aussi d'un formidable agrément. BMW affirme avoir baissé "en moyenne", le poids de sa berline de 55 kg (à équipement égal), cela ajoute sans doute encore au plaisir de conduire. Parce que la surprise est bien là: cette série 3 s'inscrit dans la tradition. Amateurs de conduite "active", bienvenus! La direction, les suspensions ("classiques" dans ces versions d'entrée), les freins, la répartition du poids 50/50, tout est en accord.

Faciliter la vie sans trop assister

Bien sur, la seconde version essayee (330i/258ch) ravira ceux qui execrent le mazout. Ce bloc essence ne rechigne pas a la tache et monte prestement dans les tours. Point a souligner au fil de cet essai: le confort general et surtout l'insonorisation remarquable due, en partie, au pare-brise "acoustique" livre en serie qui filtre mieux les remous aerodynamiques. Parmi les options, nous en avons pointe deux, inedites dans ce segment premium. La premiere ce sont les feux laser qui offrent une luminosite encore plus intense que les recents Leds. BMW affirme que ceux-la depassent 530 metres de clarte! Et alors que cette technologie depassait encore les 6.000 euros voici peu (i8 notamment), ils sont ici proposes aux alentours des 2.000 euros. Pas donne mais diablement efficace. Autre "chouette" option, parmi les aides a la conduite; la memorisation de vos manoeuvres de parking... A quoi ca sert? A vous sortir d'un parking complique!

En resume: la voiture memorise les derniers 50 metres parcourus a une vitesse maximale de 36 km/h. En touchant une simple touche a l'ecran, la voiture effectuera le chemin en sens inverse a une vitesse de 9 km/h. Meme si c'est un "S" dans un garage souterrain encombre! Nous l'avons teste, c'est magique! Voila ce que nous aimons: qu'un constructeur facilite la vie de l'usager au quotidien avec ce genre de "gadget" tout en le laissant profiter au maximum d'une conduite active sans que l'auto n'intervienne a tout bout de champ! Pour la 3 c'est un pari reussi.                                                                                             

La BMW serie 3 en bref

  • Moteur: 4 cylindres turbodiesel, 1.995 cm3, 190 ch - 400 Nm
  • Transmission: aux roues arriere (Xdrive en option)
  • Boite: 6 manuelle ou 8 rapports Steptronic (option)
  • L/l/h (mm): 4.709/1.827/1.442
  • Poids a vide (kg): 1.525
  • Volume du coffre (l): 480
  • Reservoir (l): 40
  • 0 a 100 km/h (sec.): 7,1
  • Vitesse maxi (km/h): 240
  • Conso. moyenne (l/100km): 10,5
  • CO2 (g/km): 122
  • Prix (EU): 38.850
  • Gamme (EU): de 35.950 a 65.500

Les plus

  • Une "BM" comme on les aime
  • Compromis confort/tenue de route
  • Finition en progres
  • Duo moteurs/boite auto
  • Quelques prouesses technologiques

Les moins

  • Place arriere centrale inconfortable
  • Reconnaissance vocale "intelligente" parfois faillible
  • Options cheres et nombreuses

Lire aussi :