Chanel Métiers d’Art, un défilé symbolique

C’est hier que la Directrice de la Création Artistique de Chanel, Virginie Viard, présentait son premier défilé Métiers d’Art 2019/2020. Pour l’occasion, le Grand Palais accueillait les décors du célèbre appartement de Gabrielle Chanel, au 31 rue Cambon. Un défilé en hommage aux métiers d’artisanat.

Par Mathias Renaux. Photo: D.R. / Photonews |

Un décor chargé d’histoire

Les défilés Métiers d’Art de Chanel sont toujours organisés dans des lieux empreints d’histoire et de tradition, qui traduisent à la perfection l’héritage de la marque. Cette année, c’est le mythique Grand Palais qui accueillait l'évènement, au même endroit que le tout premier défilé en 2002. Mais en plus de ce lieu symbolique parisien, le décor représentait à l’identique l'appartement de Coco Chanel de la rue Cambon. Un décor imaginé en collaboration avec Sofia Coppola, la célèbre réalisatrice. Le spot majeur du défilé était très certainement l’impressionnant escalier entièrement recouvert de miroirs, qui permettait à la couturière de garder un œil sur le défilé, mais aussi sur les réactions, depuis la cinquième marcue de l’escalier. Mais la mise en scène ne s’arrêtait pas là. Avant d’arriver dans l’espace principal, les mannequins ont traversé les salons cossus de l’appartement, fidèlement reproduits. Une atmosphère symbolique donc, pour un défilé qui l’était tout autant.

Chanel et ses Métiers d’Art

Chanel est probablement la marque de haute-couture la plus reconnaissable, avec un ADN très marqué. Fort de cet héritage, la marque française a su construire son influence dans le milieu de la mode grâce à des codes très forts et une identité constante, malgré des évènements bouleversants pour la marque tels que la mort de Karl Lagerfeld en février dernier. Une identité qu’elle célèbre d’ailleurs avec ces défilés Métiers d’Art, qui chaque année, mettent en lumière le travail de ses 33 maisons d’artisanat, faisant toutes parties du groupe. Au fil des ans, ce sont des maisons telles que le chapelier Maison Michel ou le joaillier Goossens qui ont fait la fierté de la marque et de son savoir-faire. Cette année, c’est le brodeur Lesage qui a eu l’honneur de voir son travail récompensé, pour un résultat traduisant les codes parisiens mythiques de la maison, comme un retour aux sources.

Virginie Viard X Hubert Barrère

Pour ce défilé 2019/2020, c’est donc la broderie qui était mise à l’honneur dans la collection. Virginie Viard signe alors son premier défilé Métiers d’Art en tant que Directrice de la Création Artistique des collections Mode de la marque. Des défilés millimétrés ont permis à la directrice de s’installer confortablement dans le rôle de "successeuse" de Karl Lagerfeld, tout en restant très discrète. Cette année, une étroite collaboration entre Virginie Viard et Hubert Barrère, Directeur de la Maison de broderie Lesage s'est installée. Au programme donc, des pièces brodées de perles, de sequins, pour sublimer l’identité Chanel.

Tradition 2.0.

La collection en elle-même respecte en tous points les codes de la maison. Une certaine formalité, un goût pour l’opulence (comme avec cette accumulation de bijoux, donc des chockers, les colliers ras-de-cou), mais aussi certains décalages assumés, voilà ce qui était présent sur le catwalk. Les plumes s’intègrent dans des motifs floraux, les strass forment les étoiles de robes fluides et délicates. Mais dans cette charte très contrôlée apparait alors un sweat brodé de perles, à l’inscription « 31 rue Cambon », comme une bouffée de décontraction, ou encore un tailleur en dentelle transparent mais toujours élégant, pour prouver que Chanel aussi, c’est sexy.

En résumé, de ce défilé ultra attendu qui fait la particularité de Chanel, on retiendra une jolie retenue, qui représente à la perfection la marque, mais aussi les quelques twists qui témoignent d’un profond désir de modernité et de réinterprétation.

 

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore.

Lire aussi :