Un chef belge doublement étoilé crée une boisson sans alcool qui remplace le vin

On le sait, profiter d’un repas de haute voltige rime souvent avec accord mets-vin. Mais comment faire quand on ne veut pas ou qu’on ne peut pas boire d’alcool ? Le chef doublement étoilé Sang Hoon Degeimbre a trouvé une alternative idéale. 

Par Anissa Hezzaz. Photos : D.R. |

Difficile de se rendre dans un restaurant étoilé pour celles et ceux qui ne consomment pas d’alcool. En effet, bien souvent, repas gastronomique va de pair avec accord mets-vin pour rehausser le plat et vivre l’expérience culinaire à son apogée. Seulement voilà, que l’on ait décidé tout bonnement d’arrêter l’alcool, que l’on soit enceinte ou qu’on n’ait simplement pas envie d’en boire, faut-il pour autant être condamné à boire de l’eau plate ou pétillante ou des jus et limonades trop sucrés? Certains impromptus demanderont une rondelle de citron dans leur Perrier pour tenter un tant soit peu de donner un peu plus de peps à leur breuvage insipide. 

Forte heureusement, aujourd’hui, une nouvelle génération de chefs a à cœur de réinventer la gastronomie en proposant une cuisine inventive. Dans cette optique, le chef doublement étoilé Sang Hoon Degeimbre a mis au point une nouvelle boisson sans alcool qui a pour vocation de remplacer le vin dans les repas. « Au restaurant, c’était frustrant de voir certaines personnes faire tout un repas à l’eau », avoue Sang Hoon Degeimbre du restaurant l’Air du temps à Liernu. En mêlant la complexité gustative du vin et la fraîcheur et la digestibilité de l’eau, Osan a été créé dans le but d’offrir le même plaisir gustatif aux personnes ne consommant pas d’alcool : « Dans certains restaurants, on propose des jus de légumes ou de fruits, mais c’est lourd, c’est comme si on proposait aux clients de manger deux fois », ajoute-t-il. 

 

 

Ni eau, ni vin

Plus qu’une simple eau aromatisée, cette nouvelle boisson est le résultat d’un procédé de macération biologique végétale et florale qui se base sur la cryogénisation, la macération et la dynamisation. Depuis dix ans, l’une des expériences proposées à l’Air du temps, est justement de servir des boissons Osan en accord avec les mets du menu pour apporter une nouvelle dimension aux moments à table. « On adapte nos boissons Osan en fonction des plats que l’on met à la carte. Jusqu’ici, on a déjà dû créer 500 versions différentes ! »

Sur le site, pourtant seulement trois versions sont disponibles. Le chef Sang Hoon Degeimbre  nous rassure : « On prévoit de proposer différentes versions selon les saisons ». Néanmoins, les trois Osan disponibles offrent déjà un bel aperçu de dégustation. Car si cette boisson n’a rien à voir avec du vin, les paramètres de dégustations sont les mêmes : «  On va le remuer, le sentir et le faire tourner dans son verre avant de le déguster », explique le chef. 

Comme pour les vins, Osan se décline en blanc, en rouge et en rosé. Pour le déguster, le chef Sang Hoon Degeimbre précise qu’on peut le boire à n’importe quelle température : « Quand un Osan est froid, il apporte de la fraîcheur en bouche, mais dès qu’il se réchauffe, il libère différents arômes. L’avantage, c’est que même si la température de votre boisson monte à 20 °C, vous n’aurez pas l’alcool qui vous montera au nez contrairement au vin ».  

Vous l’aurez compris, Osan n’est pas du vin, toutefois, le chef insiste : « il faut le boire dans des verres à vin pour mieux libérer les arômes de nos plantes et de nos fleurs et qu’ils se diffusent et enchantent nos sens ». Et puis, comme il le rappelle, c’est tellement plus festif ! 

Disponible à la vente en ligne

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore.