Quatre grandes marques qui se veulent plus écoresponsables

La mode joue un rôle important dans la pollution environnementale : pollution des cours d’eau, vente de fourrure, chaînes de production expatriées… Face à cela, 4 grands de la mode ont choisi d’agir en adoptant des politiques plus écoresponsables pour les années à venir.

Mathilde Trocellier. Photos : @hm, @sarenza, @gucci / Instagram. |

Dans la fast-fashion, 25% des substances chimiques mondialement produites sont destinées à traiter les textiles, la production de coton demande 20.000 L d’eau pour 1kg de coton, la qualité des vêtements est souvent à revoir… La fast-fashion est bien souvent au centre de polémiques quant à son impact sur la planète. Pour autant elle n’est pas la seule : la slow-fashion, ou Haute Couture, est aussi visée pour son impact sur la nature. Car avec ses saisons qui s’enchaînent et la fabrication à la chaîne, les grands noms de la mode impactent eux-aussi la planète.
Face à l’urgence de la situation, la mode a décidé d’agir. Fast-fashion ou slow-fashion, tout le monde se mobilise et s’engage à être plus écoresponsable pour les années à venir.

H&M

Grand nom de la fast-fashion, H&M a décidé de limiter son impact écologique : d’ici 2030, la marque s’engage à n’utiliser que des matériaux recyclés ou de provenance durable dans ses collections. Dans cette perspective, la marque a dévoilé sa nouvelle collection capsule « Conscious Dresses » composée de 12 modèles de robes. La majorité des pièces sont réalisées à partir de matériaux recyclés ou durables, comme du coton bio, Tencel™ ou du polyester recyclé.

 

 

Lancée début juin, cette collection capsule est pensée comme « une collection de robes d’aujourd’hui en matériaux faits pour demain ». Un bel exemple donné par la marque, qui très tôt avait repensé ses modes de production en proposant de récupérer des vêtements destinés à être jetés pour en faire des pièces recyclées.

Pour retrouver la collection en entier, c'est par ici.

Zalando

Le géant allemand de la mode en ligne, exportant dans le monde entier, a récemment annoncé repenser la mode et la façon de proposer des produits. Alors que Zalando avait assuré soutenir ses partenaires pendant la crise du coronavirus, la plateforme a annoncé sa nouvelle initiative fin mai : d’ici 2023 Zalando ne travaillera plus qu’avec des marques jugées eco-friendly (selon une évaluation basée sur le « Brand & Retail Module »).
Ainsi, tous les partenaires de Zalando seront soumis à cette évaluation, et en fonction de leurs résultats ils devront mettre en place des politiques pour atteindre des résultats concluants. L’évaluation s’appuiera sur des paramètres éthiques et environnementaux, comme les droits de l’homme, des salaires équitables ou les émissions de CO2.
Une belle initiative suivie par un nouvel engagement du géant de la vente en ligne : Zalando s’engage à réduire de 80% les émissions de carbone de ses propres activités, et de 40% celles de la production de ses distributeurs et partenaires. De plus, l’entreprise allemande ajoute que 90% de ses principaux partenaires devront s’engager en faveur des TAS d’ici 2025. Les TAS étant des objectifs que les entreprises se fixent pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, définis comme scientifiquement valables s’ils contribuent à limiter le réchauffement climatique à 2°C (seuil européen).
De quoi inspirer d’autres plateformes de vente en ligne !

Sarenza

Et pour être inspirée, Sarenza l’est aussi ! En s’associant avec le label français Côme Editions, Sarenza signe une édition composée de pièces atemporelles et responsables. En effet, les modèles, fabriqués à partir de tissus existants, sont pensés pour être durables.

 

 

Disponible à partir du 10 juin, cette collaboration est un accompagnement « dans notre premier pas vers une mode plus responsable » explique Sarenza. Tout a été pensé pour faire de cette édition quelque chose de durable : les cuirs ont été tanné avec un tannage végétal, les tissus sont recyclés ou en matières naturelles… Car comme le dit si bien Clémence Dru, cofondatrice de Côme Editions : « Pourquoi faire porduire de zéro quand il y a tellement d’histoires à raconter avec ce qui existe déjà ? »

Pour découvrir la collection en entier, c'est par ici.

Gucci

Grand nom de la Haute Couture, Gucci s’est également engagé pour une mode plus durable et éthique. Alors que la maison dévoilait sa collection de Printemps #SoDeerToMe avec la nature et les animaux à l’honneur, elle en profitait pour annoncer sa collaboration avec l’ONG « Lion’s Share Fund », une initiative qui lève des fonds indispensables pour protéger des espèces en voie de disparition et leur habitat naturel. Enfin, le Directeur de la Création Alessandro Michele a pris la parole sur l’Instagram officiel de Gucci le 3 mai dernier pour annoncer le retrait de la maison du système de la Fashion Week. Ne se retrouvant plus dans l’urgence créative imposée par les saisons, il préfère concentrer sa créativité au développement de deux collections annuelles.

 

 

Si beaucoup y voient la fin de la Fashion Week, ce retrait suivant celui de Yves Saint-Laurent, la planète peut se réjouir : moins de collections signifie moins de pollution.
Un exemple qui sera suivi par d’autres encore ?

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore. 

Lire aussi :