Où cueillir et acheter des fleurs locales et de saison?

Consommer des fleurs locales et de saison, c'est bon pour notre intérieur et pour la planète. Nos bons plans pour acheter en mode slow flower, mais aussi pour aller cueillir soi-même ses fleurs pour des compositions personnalisées.

Par Sigrid Descamps. Photos Unsplash, Instagram. |

Les fleurs, comme les fruits et légumes, ne poussent pas partout toute l’année. La plupart des fleurs coupées que l’on trouve dans nos commerces ont trop souvent été cultivées soit dans des pays en voie de développement et acheminées jusque chez nous par camions ou avions réfrigérés ; soit près de chez nous, mais, dans le cas de culture intensive et hors saison, sous serre (ce qui nécessite une quantité massive d’eau et d’électricité) et boostées à coups de pesticides et d’engrais chimiques. Pas terrible, ni pour l’empreinte carbone, ni pour notre santé et surtout, pour celle des fleuristes. Pour lutter contre cela, on pense donc « slow flower » et on privilégie l’achat de fleurs locales et de saison, de préférence bio !  Bonne nuvelle: depuis quelques années, de plus en plus de floricultures se développent dans ce sens, répondant à la demande de fleuristes éco-conscientisés, mais aussi des particuliers.

On achète des bouquets composés chez le producteur

De plus en plus de floriculteurs et floricultrices proposent directement aux particuliers des bouquets composés de fleurs issues de leurs champs. Vous trouverez un tas d’adresses un peu partout en Belgique sur le site de Belgium Slow Flowers. On y a ainsi repéré Les Fleurs de Mag, qui proposent, une fois par mois, une édition limitée d’une vingtaine de bouquets, sur réservation, à aller chercher sur place (Prochaines ventes 13 août 2021 “fleurs porte bonheur” ;  03 septembre 2021 “fleurs d’été” , 1er octobre 2021 “fleurs automnales”  et  29 octobre 2021 “last one”). Et aussi Dansons la Capucine, qui propose des bouquets dans son atelier tous les vendredis.

On va les cueillir soi-même dans les champs

Envie de composer votre propre bouquet ? De plus en plus d’initiatives se développent pour que les particuliers cueillent et achètent les fleurs en direct.  C'est le cas notamment de...

Fleurs à couper
Depuis 2019, cette société compte 16 champs ouverts au public un peu partout dans les régions des Collines et de l’Entre Sambre et Meuse. Prix à la pièce. Infos sur les champs et conditions sur leur site

 

 

Be Flowers
Même principe dans les champs de BeFlowers, répartis dans les provinces du Hainaut, de Namur et du Brabant wallon.

 

 

FleurAkker
Depuis quelques semaines, on peut désormais couper des fleurs sauvages à Jette. Sur les hauteurs du bois de Laerbeek, l’association de réinsertion professionnelle Groot Eiland, a lancé voici deux ans le projet Courjette, autour de la culture de légumes bio. Cette année, sa petite sœur fleurie, FleurAkker a vu le jour. Le principe ? On s’abonne pour la saison ( 150 euros pour 180 tiges, 250 euros pour 300 tiges) et on vient ensuite quand on veut cueillir les fleurs pour composer ses bouqets persos.

 

 

 

La Ferme du chant des Cailles
A Watermael-Boitsfort, depuis ce printemps, à la ferme urbaine du Chant des Cailles, on peut également venir couper des fleurs produites sur place, sans pesticide, pour composer son bouquet. Chaque mois, de nouvelles variétés apparaissent et d’autres disparaissent. La promesse de bouquets locaux et de saison! Prix à la pièce.

 

 

 

Suivez So Soir sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances en matière de mode, beauté, food et bien plus encore.